Velma - La Pointe Farinet 2.949m (2005)

Comme une envie, aujourd'hui, en consultant mes disques, de parler de Velma et particulièrement de leur quatrième album, La Pointe Farinet 2.949m. La formation Suisse est plutôt discrète (tout l'inverse de ce qu'elle était apparemment sur scène) et il est difficile de trouver une trace de leur actualité aujourd'hui, ou d'un éventuel split. La Pointe Farinet 2.949m semble donc être leur dernier album...



Si je connais Velma et La Pointe Farinet 2.949m, le hasard y est pour beaucoup. Ce n'est en effet pas le groupe ayant le plus large écho sur le web que j'arpente désormais assidument à la recherche des nouvelles (et plus anciennes) perles musicales. Pas sûr donc, que sans cette soirée estivale de 2010, j'aurais un jour entendu le nom de Velma. Cette soirée de la mi-août 2010, je la passe donc à Saint-Malo, à La Route du Rock, où je suis bénévole au bar.

Quand on est étudiant, ça permet de préserver quelques deniers, mais quand il y a The National, Massive Attack, Caribou, Owen Pallett, les Flaming Lips, DM Stith, Yann Tiersen ou Martina Topley-Bird à l'affiche, c'est aussi l'assurance de passer à côté de quelques concerts car réquisitionnés au bar, duquel, heureusement, on voit (et surtout, on entend) ce qui se passe.

Je crois bien que la scène se passe pendant le concert des Flaming Lips. A l'époque, je ne suis pas fan du groupe, je bosse au bar. Enfin, façon de parler, car tout le monde regarde le concert des lèvres en feu. Tout le monde, sauf un individu bien imbibé qui essaye de me persuader que la bande de Wayne Coyne fait de la merde au fur et à mesure que je commence à prendre goût à leur musique.

Et puis, un type passe. Une fois sa bière commandée, il pose quelques cds sur le bar. Un premier exemplaire que le pilier de comptoir s'approprie immédiatement. Un autre tas, composés de ce La Pointe Farinet 2.949m que je ne connais pas. A peine le temps de regarder le cd que le généreux donateur a déjà disparu. Qui était-il ? Aucune idée. Même pas eu le temps de le remercier (et de toute façon, que pouvait valoir ce cd ? A l'époque, je ne recevais pas de cds promos, mais si ça avait été le cas aujourd'hui, où les 3/4 me désintéressent totalement, je ne sais même pas si je l'aurais gardé).

Bref, je mets soigneusement mon La Pointe Farinet 2.949m dans mon sac, profite des autres concerts (mention spéciale à Martina Topley-Bird et son concert devant même pas 100 personnes sous des trombes d'eau, mais l'ex de Tricky assurera un show plein d'entrain), et une fois le festival terminé, je me l'écoute. Le disque a déjà cinq ans, pourquoi me l'a-t-on filé ? Curieux.


La Pointe Farinet 2.949m ne ressemble pas à grand chose de ce que je connais. Ils ont apparemment bossé avec le MC Dälek, et ça se sent sur le phrasé et les instrus sombres au possible. Sur certains morceaux (No Risk To Be Taken), on pense plutôt à un trip-hop façon Earthling, voire Massive Attack, Leila ou même le Archive période Londinium. A d'autres moments, avec des ambiances un peu glaciales qui s'étirent, c'est My Bloody Valentine qui occupe mes pensées.Velma digère à merveille des influences variées, mais partageant la même exigence. Une révélation qui ne gagnerait qu'à être partagée.

Écouter sur Deezer.

Commentaires

  1. Quelle soirée en effet!! J'écouterai (un peu plus tard...) mais Earthling, Massive Attack...ça me va!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravi de voir que tu aimes Earthling. Je ferai forcément un jour ou un autre un billet sur ce qui est l'une des formations bristoliennes les plus intéressantes et qui n'ont pas eu le succès mérité à cause d'une maison de disques incompétente. Pourtant quand tu vois que leur dernier album (Insomniac's Ball, 2011 je crois) est seulement à peine moins bon que les deux premiers, que T. Saul a sorti un album très cinématographique en 2012 juste excellent, et que Mau (désormais officiant sous le nom de Maik) au sein de Tristesse Contemporaine a un flow toujours aussi palpitant, on peut se dire qu'une belle évolution discographique les attendait...
      Ou qu'ils auraient tout gâché et qu'ils ne seraient aujourd'hui plus intéressants. Difficile de spéculer en fait.

      Supprimer
    2. Eh ben tu m'apprends des choses!! Je me suis arrêtée au 1er album, je croyais qu'ils s'étaient séparés depuis...je vais avoir du retard à rattraper!!
      Earthling ça reste un album et un concert mémorable...

      Supprimer
    3. J'ai écouté le titre, ça fait effectivement penser un peu à Earthling (entre autres..), pas mal pas mal...

      Supprimer
    4. J'ai bien aimé le 3ème Earthling, mais objectivement, Humandust, leur second (prêt à sortir en 97, mais sorti seulement dans les années 2000) est un must-have. Plus sombre encore que Radar, je crois bien qu'il est mon préféré. Et en plus, y a Ray Manzarek aux claviers. Tu les avais vus en concert les Earthling ?

      Supprimer
    5. Oui à l'époque de leur 1er album, aux Eurockéennes...très bien, très bons...

      Supprimer
    6. Tu m'étonnes. Avec des titres comme Planet of the Apes ou Nefisa, en live, y a de quoi se faire plaisir.

      Supprimer
  2. Bien fameux ce morceau, j'adore le flot d'échardes numériques en toile de fond qui me fait un peu penser aux prods d'Oktopus pour Dälek justement...merci pour la découverte !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire