[Session de rattrapage #02] Lisa Germano



Deuxième volée de ces sessions de rattrapage dont le principe est de revenir sur ce quelques disques qui m'ont été conseillés par les blogueurs. En effet, avoir un blog pour retrouver le côté interactif que les forums dépeuplés n'offrent plus, c'est bien gentil, mais si je ne reviens jamais sur les albums que l'on me conseille, ça ne pourra pas fonctionner longtemps.

Aujourd'hui, c'est donc Lisa Germano qui est à l'honneur. Un nom que j'ai souvent croisé par le passé, que ce soit en tant que collaboratrice de Eels ou de Yann Tiersen, sans jamais chercher à en savoir davantage sur elle. Pourtant, la Black Session sur laquelle elle accompagne la bande de Mark Oliver Everett est une sacrée réussite. Ce petit rappel effectué et quelques incitations à me mettre au travail (comprendre, à écouter la demoiselle) des blogueurs suffisaient assez logiquement à relancer ma curiosité. 
_______________________________________________________________
Lisa Germano - Happiness
proposé par Xavier et Chris

Le problème, c'est qu'on m'a tellement vendu PJ Harvey comme la plus fascinante des artistes féminines lorgnant vers cette forme de rock indé un peu énervé, que je me suis dit que ce registre, ba, c'était pas trop mon dada. En effet, PJ Harvey a longtemps fait partie, pour moi, de ces artistes qu'on devrait aimer, car tous ceux avec qui on a des atomes crochus musicaux aiment, mais non, chez moi ça ne passait pas. Ca a changé avec le Let England Shake, que j'aime beaucoup et puis, je dois avouer une certaine affection pour Stories From The City, Stories From The Sea et surtout To Bring You My Love, mais bon, je n'étais pas non plus adepte plus que ça.

Mais en fait Lisa Germano, loin de singer sa contemporaine, navigue quand même dans des eaux assez proches. Et qui me plaisent davantage, peut-être parce qu'elles sont moins agitées en apparence mais intérieurement plus tourmentées. Toujours est-il que j'accroche vraiment à cet Happiness.


Écouter Happiness sur Deezer.
_______________________________________________________________
Lisa Germano - Geek The Girl
proposé par Xavier et Chris

Pas un instant d'ennui au cours de cet album. Je parlais du sourire du vieux con que je pouvais parfois avoir, dans l'article sur Bashung, aujourd'hui, je pense ne plus trop l'avoir, mais il a été remplacé par une lassitude à l'égard de pas mal d'albums antérieurs à 1995, à une époque où "ces cons là, ils intégraient même pas de touche électro à leurs compos". Sans être évidemment ce que je pense, j'avoue que je suis assez adepte de ces petits bidouillages électros (ou du moins de variation des sonorités) intégrés à ce type de sonorités.

Mais là, non, même pas besoin plus que ça, cet album est un vrai bon disque, sur lequel je reviendrai régulièrement, c'est certain. Plus introspectif que Happiness, je crois que je le préfère à son prédécesseur. Mais d'une courte tête, seulement.


Écouter Geek The Girl sur Deezer.
_______________________________________________________________
OP8 - Slush
proposé par Xavier et Chris

Calexico, voici un autre groupe que je n'ai jamais approfondi (je vais finir par craindre qu'on me propose des rattrapages, tellement je prends conscience de l'étendue de mes lacunes et du temps qui va être nécessaire au comblement partiel de celles-ci). Et pour couronner le tout, je ne connaissais même pas de nom ces Giant Sands, dont on retrouve le meneur Howe Gelb sur ce disque.
Joey Burns et John Convertino de Calexico, Howe Gelb et donc Lisa Germano. Voici les personnes qui, sous le pseudonyme de OP8, nous concoctent ce Slush en 1997.
 
Un disque que j'aime beaucoup également, inspiré, mélodique et moins brutal que les deux précédemment cités. Je pense parfois aux Tindersticks (c'est forcément un compliment dans ma bouche), surtout quand ce sont les voix masculines qui dominent et répondent à celle de Lisa Germano. En ce sens, Sand me fait penser à Travelling Light, par exemple, et je trouve que d'autres morceaux, comme Leather, vogue dans ce type d'eaux. Que des bonnes pioches, décidément, avec Lisa Germano. Une artiste qui s'installe confortablement parmi les artistes que j'estime.


Commentaires

  1. Beau choix ! Mais du coup si tu aimes les petits bidouillages électro je te conseille (hé oui encore !) les deux derniers opus de la dame, en plus ce sont ceux que je préfère. "Magic Neighbor et "No Elephants" donc, qui était dans mon bilan pop de 2013 et auquel pas grand monde ne s'est intéressé cette année malheureusement... c'est toujours aussi torturé mais plus aventureux en terme de production et aussi beaucoup plus doux musicalement (surtout le dernier).

    Quant à Calexico je suis surtout fan de "Feast Of Wire", deux crans au-dessus pour moi même si les deux premiers (dont le très bon "Hot Rail") ont souvent les faveurs de la critique).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contrairement à Rabbit j'ai trouvé que sa disco après 2000 a vraiment de moins en moins de trucs bien au fur et à mesure des disques. Je n'ai absolument rien trouvé d'intéressant sur No Elephants, mais il a eu aussi beaucoup de commentaires positifs: tu nous diras ce que tu en as pensé. De toutes manière Geek the Girl écrase pour moi tout le reste ("...A Psychopath", quel titre!).

      Pour Calexico les avis divergent aussi. Beaucoup ont retenu leur coté mariachi, je préfère quand ils font du rock indé, en ce sens leur dernier disque est pour moi le meilleur (en plus il y a un excellent live en bonus disc). de toutes manières tout est bon chez eux, Hot Rail et Feast of Wire sont peut etre les disques les plus représentatifs, Garden Ruin est le moins "classique". Et leur disque "culte" est the Black Light, mais avec le recul il est quand meme assez surrestimé...

      Quant à Howe Gelb, bon courage pour explorer sa discographie (solo ou avec Giant Sand) ! De tout ce que j'ai écouté, mon préféré est 'Sno Angel Like You enregistré avec une chorale gospel. Je pense que ce n'est pas forcément représentatif de la musique habituelle du gars Howe...

      Supprimer
    2. Plutôt d'accord pour Lisa Germano, j'ai très peu écouté le dernier (pour l'instant), je me suis arrêtée à "Slide"...

      Supprimer
    3. Tiens pour moi le moins classique c'est justement Feast Of Wire, Garden Ruin je le trouve très convenu. Le dernier en cela est un petit retour en forme mais hormis deux ou trois morceaux j'en retiens pas grand chose. Leurs albums instrumentaux sont excellents sinon, notamment Tool Box.

      Supprimer
    4. je disais le moins classique dans leur discographie, je le trouve vraiment à part (c'est en général d'ailleurs celui que les fans aiment le moins). D'accord pour leurs instrumentaux (qui émaillent toute leur discographie), et pour le Tool Box effectivement très bon....

      Supprimer
    5. Bon ba, un vrai boulot de rattrapage en perspective.

      Supprimer
  2. Je ne peux qu'approuver ce rattrapage!! ;)
    Mon préféré de Calexico reste le 1er...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Spoke ? voilà qui est inhabituel !

      Supprimer
    2. C'est le 1er que j'ai acheté à leurs débuts, leur plus folk...j'aime bien leur côté mariachi mais ça va 5 minutes... ;)

      Supprimer
    3. Ben mince je le connaissais même pas celui-là...le côté mariachi trop marqué c'est ce qui m'empêche d'apprécier The Black Light plus que ça mais ça s'estompe quand même pas mal sur les disques suivants...

      Supprimer
    4. "j'aime bien leur côté mariachi mais ça va 5 minutes" => hé hé, on est d'accord. dans mon souvenir il n'y en a pas tant que ca sur Black Light, qui contient je crois beaucoup de petites plages instrus bizarres, non?

      Supprimer
    5. Non justement sur The Black Light les quelques plages instrus sont en général plutôt folklo, c'est sur Feast Of Wire qu'il y a pas mal de petits instrus abstract/ambient, voire bizarro-futuristes (Attack El Robot Attack, etc) d'où ma remarque plus haut.

      Supprimer
  3. Je me doutais que vous me proposeriez des albums pour appréhender Calexico, et tant mieux. J'y viendrai (quand ? C'est une autre question). Je garde en tête les deux derniers de Lisa Germano, même si je me demande si, dans son cas, le côté musicalement brut (je trouve rien de mieux à opposer à ton "doux musicalement") n'est pas quelque chose qui me plaît chez elle. On verra bien.

    RépondreSupprimer
  4. Tu m'as donné envie de réécouter "Slush" d'OP8 , album que je n'ai pas écouté depuis quelque temps...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne nouvelle, alors, les blogs servent à ça =) !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire