[GJSF #06] The Smashing Pumpkins - Gish (1991)


Et on continue, cette fois c'est l'avant-dernière étape de ce Grand Jeu Sans Frontières. Il s'agit, pour le coup, de choisir un album répondant au thème : Encore un peu vert/Une première œuvre pas tout à fait mûre. 

En lisant ce thème, je pense immédiatement au Pablo Honey de Radiohead, seul déchet de la discographie de la bande menée par Thom Yorke. Mais bon, ce choix a déjà été pris par certains bloggeurs ayant joué en temps et en heure. Et puis, j'ai déjà choisi Ok Computer pour l'album usé jusqu'à la corde étant adolescent. Deux Radiohead sur sept albums, même si ce serait assez représentatif de l'affection que je voue à ce groupe, ce ne serait pas raisonnable. Et puis, ça m'agacerait de parler de deux albums parmi lesquels figure ce Pablo Honey que je n'écoute plus que pour son premier titre, You, pour lequel j'ai une certaine tendresse.

C'est pour l'instant le thème qui m'a donné le plus de fil à retordre. Parce que ce que l'on nous demande là est cruel. Il s'agit de choisir un album à la fois bon (parler d'un album médiocre voire mauvais ne m'intéressait pas trop, d'où le fait, aussi, que Pablo Honey ait été écarté) mais quand même pas trop pour rentrer dans les clous. J'ai pensé au Debut de Björk ou au Vivadixiesubmarinetransmissionplot de Sparklehorse, parce qu'ils étaient moins bons que leurs successeurs. Mais ils restent excellentissimes, et seraient le sommet d'à peu près n'importe quelle discographie lambda.

Gish, des Smashing Pumpkins, présente donc l'avantage d'être bon, mais pas trop. J'ai hésité avec le Separations de Pulp, mais je crois me souvenir qu'il avait également été retenu par un bloggeur ayant fait le truc en temps réel.

Sans être fan des citrouilles écrasées, j'adore bon nombre de leurs disques, à commencer par le sous-estimé Adore (1998). Mellon Collie & The Infinity Sadness (1995) a également mes faveurs (et c'est sans doute l'un des rares doubles disques dont j'ai écouté de manière homogène l'une et l'autre des faces, ayant pas mal accroché au début du cd2 à une époque), mais aussi le (là encore) sous-estimé Machina (2000). Unanimement salué, le Siamese Dream (1993) me laisse davantage de marbre. Je trouve qu'à l'instar de Gish, ce dernier est encore trop proche de la vague grunge pour me séduire totalement.





Revenons donc à Gish. Certes, la vague grunge (ce disque est sorti le même jour que Nevermind...) est dans les parages, et on sent une certaine influence sur certains morceaux (Tristessa notamment) et sur la production de l'album en règle générale. Mais avec des sommets comme Rhinoceros, Siva, Suffer ou même ce Daydream chanté par D'Arcy, il ne peut s'agir que d'un disque au fort potentiel, dont les sens mélodiques et rythmiques étaient déjà évidents, et la voix, bien que nasillarde, de Billy Corgan, déjà efficace sur les grands moments du disque (sauf pour les allergiques, évidemment, à titre personnel, j'ai toujours adoré ce titre de voix, peut-être parce qu'avec ce genre de voix, la grandiloquence est une option plus difficile à retenir). Alors certes, il y a des passages carrément dispensables, et une production un peu limite. Mais les signes précurseurs de la qualité des albums suivants étaient là. N'est-ce pas ça un album un peu vert ?

Écouter Gish sur Deezer.

Commentaires

  1. Bon choix, je suis d'accord avec ce que tu dis...je n'ai pas trop écouté à leurs débuts les Smashing Pumpkins, c'est seulement à partir de "Mellon Collie..." que j'avais beaucoup aimé...et "Adore" est aussi très bien, il m'arrive de le réécouter...après j'ai un peu laissé tomber mais c'est sans doute pas mal aussi!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après Adore, il faut reconnaître que c'est moins bon, mais j'ai une tendresse particulière pour Machina et Machina II (ce dernier ayant été diffusé gratuitement sur le net par Billy Corgan suite à un désaccord avec sa maison de disque).
      Bon Machina II a pas très bien vieilli (en dix ans à peine) et le son est pas tip top. Par contre, Machina, je continue de l'assumer pleinement.
      Après, entre le Zeitgest (sur lequel, en étant gentil, on sauvera le Tarantula accrocheur mais facile) et le Oceania de 2012, mieux vaut passer son chemin.

      Supprimer
    2. oui oui je sais qu'après c'est moins bien (enfin, c'est ce que j'avais lu...)...J'ai du écouter le "Machina" mais j'en ai pas de souvenirs...finalement je n'ai pas été plus fan que ça, à part les 2 cités bien sûr qui restent très bons...

      Supprimer
  2. Je n'écoute plus les Smashing mais j'avais acheté Gish à sa sortie et je l'ai un peu trop écouté... Il ne m'a jamais semblé vert... Il était parfait pour moi au moment où il est arrivé... J'ai également acheté le suivant Siamese Dream... que j'ai moins écouté... du coup après j'ai pris de la distance...

    RépondreSupprimer
  3. Au moment à partir duquel tu as pris de la distance avec leur disco arrivent les 3 albums que je préfère de la bande à Billy. C'est souvent bon signe quand personne n'est d'accord sur le meilleur passage d'une discographie (ou très mauvais signe, mais pour les Smashing, je ne pense pas qu'on soit dans le mauvais goût, même s'il y a à boire et à manger avec eux).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me suis arrêté à Machina mais je n'ai jamais écouté Zeitgeist (2007)Teargarden by Kaleidyscope (2009)Oceania (2012) et toi?

      Supprimer
    2. Le Teargarden by Kaleidoscope, il me semblait qu'il n'était finalement pas sorti. Si je me trompe, je n'ai de toute façon pas écouté. Zeitgeist était inintéressant au possible, je trouve (sauvons Tarantula pour être gentils). Oceania est un poil moins mauvais, à sa sortie, sur IRM, à défaut de le défendre, j'avais dit qu'il était passable. Je suis toujours e cet avis, y a quelques passages sympas (pas ambitieux pour un sou par contre), et d'autres dispensables.

      Supprimer
    3. Mais s'il faut sauver quelque chose des Smashing post-reformation, c'est cet American Gothic, EP sorti en 2007 et dispo ici : http://www.deezer.com/album/92364
      (oui désolé, c'est encore sur Deezer).
      Ca vaut pas les sommets d'Adore ou Mellon Collie, mais c'est ce qui en est le moins éloigné depuis la reformation.

      Supprimer
    4. Oui bien sympa le American Gothic ! Et y avait quand même de bons titres sur Oceania.

      Supprimer
  4. A l'époque j'appréciais bien Mellon Collie mais jamais accroché aux deux premiers (ni à Adore plus que ça d'ailleurs).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis étonné qu'Adore ne soit pas ton préféré, c'est celui que je trouve le plus ambitieux.

      Supprimer
  5. Comme tu le sais, j'ai été un fan ultime des SP.
    Je trouve ton choix judicieux pour cette catégorie. En meme temps, je considère que Gish est le seul disque où les SP sont un vrai groupe, à savoir que chacun participe et qu'on entend tout les instrus. Par la suite Corgan prendra la maimise (c'est lui qui a enregistré quasiment tout le Siames Dreams), et la basse ne ressortira que sur quelques titres... Jusqu'au Machina? peut etre, mais j'ai du mal avec ce disque, il m'a tellement decu à sa sortie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'ailleurs, sais-tu qu'une des membres actuelle des Smashing - Nicole Fiorentino - est l'une des deux jeunes filles présentes sur la pochette de Siamese Dream (si ce n'est pas un bon vieux bobard destiné à faire parler du groupe).
      Je connais pas assez les Smashing pour émettre un avis sur le fait que les SP sont moins un vrai groupe à partir de Gish, mais j'ai une anecdote (idem, est-elle vraie), en ce sens.
      Juste après le dernier concert des SP (avant leur triste reformation) en 2000, Billy retourne dans les loges et demande où est James Iha. On lui répond qu'il est déjà parti. A peine le dernier concert avec un groupe côtoyé si longtemps fini, même pas un mot, rien.
      Ca résume assez, je pense, l'état de la cohésion du groupe à ce moment-là.

      Supprimer
    2. il y a plein de rumeurs invérifiables du genre... celle de Nicole Fiorentino a été démentie, je crois que c'est elle qui avait inventé ce truc pour rire, et des gens ont pris ça au sérieux.
      Pour l'autre je ne l'avais jamais entendu, mais ca reste plausible. Quand on étudie de près la récente réédition du Mellon Collie, il est clair que Iha n'a pas été consulté (ou n'a pas voulu participer) une seconde, c'est Corgan qui a tout supervisé.
      Il y a eu aussi quelques interview où Corgan a tenté de faire croire que c'est Iha qui avait décidé d’arrêter le groupe, mais je n'en crois pas un mot....

      Supprimer
    3. Tu vois, même en l'énonçant, j'avais un gros doute sur la rumeur de Fiorentino (un doute pas assez gros pour me couper l'envie de relayer ça).
      Je n'en crois pas un mot non plus. Ce serait sous-estimer l'influence de Corgan que de croire que le seul Iha ait pu décider d'arrêter le groupe.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire