[GJSF #04] Prefuse 73 - One Word Extinguisher (2003)

Quatrième des sept étapes du Grand Jeu Sans Frontières. Le thème du jour ? Life on Mars/Une musique d'une autre planète ou presque. J'ai longtemps hésité entre ce disque de Prefuse 73 et le Yohsimi des Flaming Lips. Ce dernier est objectivement meilleur à mon goût, mais j'ai déjà eu l'occasion de parler pas mal des lèvres en feu ces derniers temps (je crois que ça a été le cas dans quasiment chaque article en fait). 



A vrai dire, en réécoutant ce One Word Extinguisher, je ne sais plus s'il me donne vraiment l'illusion de venir d'une autre planète. Ce qui est sûr, c'est qu'en l'écoutant, j'ai la tête dans les étoiles, et je voyage assez loin. Encore plus loin qu'à peu près n'importe quel disque psychédélique sous acide. 

Labyrinthesque et marathonien (une heure répartie sur 23 titres), One Word Extinguisher voit un Scott Herren au sommet de son art (la suite de ses travaux nous en donnera malheureusement la confirmation) assumer un beakbeat menaçant sur le génial The End of Bitters ou des influences jazzys en marge de son habituelle IDM aux confins du hip-hop. 
Je ne suis pourtant pas toujours très patient avec un disque de hip-hop, mais lorsque, comme celui-ci, il se réinvente presque à chaque morceau (quand ce n'est pas au sein même de celui-ci), la lassitude ne pointe tout simplement jamais son nez et il ne reste plus qu'à s'allonger, fermer les yeux, et attendre que les aliens nous invitent à rejoindre une autre planète. 

Écouter sur Deezer.

Commentaires

  1. Etonnamment j'ai peu voire presque pas écouté Prefuse 73 et pourtant il a tout pour me plaire...merci de le rappeler...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Honnêtement, c'est surtout cet album que je connais de Prefuse 73. J'ai écouté leur dernier (The Only She Capters, 2011) sans accrocher du tout, c'est poussif. Everything She Touched Turned Ampexian (2009) était déjà plus intéressant, mais par intermittence.
      Prefuse 73 me fait en ce sens penser à RJD2, un album exceptionnel et un classique presque d'entrée (Deadringer pour RJD2 évidemment) et après, bof.
      Mais ce One Word Extinguisher, si tu le connais pas bien, je te conseille d'y aller, vraiment.

      Supprimer
    2. Dommage de te faire cette opinion du bonhomme sur deux albums moyens quand tout le reste ou presque est fabuleux, cet album reste le meilleur Prefuse 73 (encore que Security Screenings et Preparations sont aussi très très bons) mais toute la disco de Savath & Savalas est merveilleuse, Diamond Watch Wrists c'est énorme et Risil encore plus. Folk atmosphérique, ambient expérimentale, abstract, glitch, IDM... ce type-là sait tout faire et il y a peu de déchet dans sa disco (pas de chance tu est tombé sur les seuls).

      Supprimer
    3. Alors par contre, je connais absolument aucun de ces autres projets que tu cites. Et les autres Prefuse 73 non plus. C'est un peu mon problème, comme je le disais plus bas, avec les artistes ayant des bonnes discographies, j'ai souvent trop peu de temps pour écouter tout ce qu'ils ont fait avant, et je me contente de découvrir leurs nouveaux albums au moment de leur sortie. Pour Scott Herren, effectivement, les deux dernières tentatives étaient pas hyper fructueuses, mais ça donne envie d'écouter Security Screenings, Preparations, et surtout Risil.

      Supprimer
    4. Risil c'est très ambient, free et désorientant, pas sûr que ce soit pour toi : http://www.indierockmag.com/article7464.html
      Par contre je ne saurais trop de conseiller d'essayer ça : http://www.indierockmag.com/article5342.html
      Je crois que si je devais faire un podium de mes albums préférés de Scott Herren ce serait sans doute ce Golden Pollen (mon album de l'année 2007) puis le Risil malheureusement toujours sans suite et Apropa’t de Savath & Savalas, j'ai beau adorer toute la vague glitch californienne que Prefuse 73 a largement contribué à engendrer, je trouve qu'il est allé beaucoup plus loin avec ses autres projets (dans des styles assez différents par contre).
      Sinon il y aussi une perle ambient versant acoustique/post-classique chez Prefuse 73, c'est Interregnums sorti en complément de Preparations (édition limitée) et que j'aime tout autant.

      Supprimer
    5. Après tous ces projets doivent sans doute quasiment autant à Roberto Carlos Lange (Helado Negro, Epstein) qu'à lui même.

      Supprimer
  2. C'est marrant le grand jeu en décalé... J'ai un peu écouté Prefuse 73 mais beaucoup moins que DJ Krush... Bon choix.

    A l'occasion, si tu pouvais désactiver les captchas dans les préférences blogger...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu une période DJ Krush (sur le Jaku, 2004, uniquement). Face à ce genre d'artistes à la discographie conséquente, j'ai tendance à me concentrer sur un seul album, dur d'écouter l'ensemble de leur oeuvre.
      Pour les captchas, c'est réglé (après avoir galéré à trouver, mais je pense que c'était nécessaire, moi aussi ça me saoule vite de devoir prouver que je ne suis pas un robot sur les blogs que je visite).

      Supprimer

Enregistrer un commentaire