Eels - Not Ready Yet

Entre le Grand Jeu Sans Frontières et ce nouveau petit jeu, le Club Des Mangeurs de Disques a décidément pris la bonne habitude de rassembler autour de projets communs les différents blogueurs. Ici, la "Première et unique édition" du jeu consiste à nommer un morceau afin qu'il intègre une compil' qui sera évidemment disponible au téléchargement par la suite. Pour jouer, envoyer le titre du morceau à keith.michards@orange.fr avant le 5 janvier.



Je n'ai pas eu à réfléchir plus de deux secondes quant au choix du morceau. Ce sera Not Ready Yet de Eels, cinquième titre de l'album Beautiful Freak sorti en 1996. Ce morceau est probablement celui que j'ai le plus écouté, et j'ai parfois l'habitude, quand j'ai beaucoup écouté un morceau, de dire que j'ai usé, pour lui, une paire d'écouteurs (ces saloperies qui me duraient en moyenne quinze jours avant le passage au casque). Pour Not Ready Yet, c'est sans doute un lecteur mp3 tout entier que j'ai dû user. Et pourtant, cela fait à peine six ans que j'ai redécouvert cet album (et Eels) après l'avoir timidement apprécié durant mon enfance.

Après une bonne poignée d'années à galérer en Californie, où il avait trouvé refuge après avoir quitté le foyer familial pour se consacrer à la musique (années durant lesquels il enregistre, sur son 4 pistes, un album par semaine, mais seulement deux verront le jour sous le pseudo de E. Malgré quelques bons morceaux, ils ont assez mal vieilli), Mark Oliver Everett est repéré par le fils de Spielberg qui somme papa de signer E sur son nouveau label Dreamworks.




Not Ready Yet, donc. En moins de cinq minutes, E fait à peu près tout ce que j'aime. Dix secondes d'arpèges bien sentis pour débuter, une petite explosion avec la batterie et la guitare électrique ensuite pendant quinze secondes, et on débute vraiment le morceau de manière minimaliste : la rythmique simple et en retrait, les arpèges joués délicatement au second plan, et la voix de l'Américain qui prend toute la place. Jusqu'à une nouvelle timide explosion près d'une minute plus tard. Et le morceau continue ainsi pendant près de cinq minutes.

Une structure somme toute assez classique avec une intro, un refrain répété plusieurs fois, des couplets, un pont. Mais un morceau recelant quelque chose de magnétique puisque, en utilisant très peu de notes (même sur les passages en arpèges et les explosions, ce sont sensiblement les mêmes qui sont utilisées : Mi mineur, Si mineur, Sol et ce, en boucle), il réussit à se décliner sur un format un brin trop long pour plaire aux sirènes FM (d'ailleurs, il ne sera pas sorti en single à l'inverse de Novocaine For The Soul, Susan's House et Your Lucky Day In Hell, ni même en single promo, ce qui sera le cas de Rags To Rags et Beautiful Freak) sans jamais entraîner un sentiment de lassitude.

Cette répétition des mêmes accords permettra à Eels de faire évoluer ce morceau au fil des années. Sur la tournée d'Electro-Shock Blues en 1998, ils étirent ce morceau sur plus de dix minutes, lui donnant un aspect noisy mémorable et disponible sur l'indispensable live Electro-Shock Blues Show (sorti en 2002). Et on ne parle pas des tenues de Butch, en vigile menaçant, et de E en aviateur loufoque.





Deux ans plus tard, sur la tournée Daisies Of The Galaxy, c'est un Not Ready Yet plus sage et réorchestré que l'on retrouve. Une version a d'ailleurs été enregistrée pour le live Oh! What A Beautiful Morning ! Même si ce morceau a bientôt 18 ans, on regrettera de ne plus guère le voir joué en live (d'après le site SetList, il n'a pas été joué depuis fin 2007) quand il était jusqu'alors (et à l'exception de la tournée post-Shootenanny en 2003!) un morceau incontournable des prestations lives des anguilles.

Commentaires

  1. Sur ce très bon album j'ai toujours eu une préférence pour "Susan's house", sa plus pop je pense...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, Susan's House, j'aime beaucoup aussi. Mais en fait, Beautiful Freak a très peu de morceaux dispensables (y en a-t-il seulement ?).
      Au passage, Susan's House sample le début du Love Finds Its Own Way de Gladys Knight & The Pips. Pas ma came, mais sans doute un bon morceau dans le registre.

      Supprimer
  2. Grosse claque sur le live 97 diffusé sur M6 qui m'avait fait découvrir le groupe à l'époque !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au Pinkpop festival, c'est celui-là ? A part quelques extraits Youtube, jamais réussi à trouver ce live.

      Supprimer
    2. Non à la Route du Rock je crois !

      Supprimer
    3. Hé hé, je viens de le trouver sur Youtube, clair qu'il envoie du pâté. Et il commence précisément par Not Ready Yet...

      Supprimer
    4. Oui ça doit être une des raisons pour lesquelles ce titre en live m'a tant marqué ! J'ai acheté Beautiful Freak sitôt après avoir vu ça bien sûr...

      (à l'époque n'empêche les clips "alternatifs" des nuits de M6 ont bien contribué à mon orientation musicale... on pourrait plus en dire autant aujourd'hui malheureusement)

      Supprimer
    5. Pas connu cette époque de clips alternatifs sur M6. Par contre, il fut une période (je dirais 2005-2008) où je regardais pas mal TV Rennes qui avait pris l'habitude de diffuser des concerts de La Route du Rock (et d'autres festivals bien moins intéressants comme les Vieilles Charrues). Aujourd'hui, je ne regarde plus la télé, donc c'est réglé.

      Supprimer
    6. Aha pareil, si je l'allume une fois en 15 jours c'est le bout du monde.

      Supprimer
  3. Pas d'effet de surprise le jour J donc, mais un choix très argumenté, c'est intéressant :)
    Et très personnel, Eels et toi ;) J'ai fait beaucoup moins original, mais pour moi aussi ça fait longtemps que c'est une évidence, je n'allais donc pas m'inventer une autre chanson préférée. Bien que j'ai failli mettre "Substance" des Girls.
    ( http://www.youtube.com/watch?v=YyUIAkV6ujY pour ceux qui ne connaissent pas, un bijou)

    Je suis assez chargé niveau boulot en ce moment, je reviendrai à tes posts récents une fois mes exams passés. Je ne connais pas du tout ou que de nom pour le moment, ma réaction ne sera pas très intéressante. Dans quelques jours j'aurais le temps d'écouter tout ça. A+ :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois que tu entretiens le mystère quant au morceau que tu as choisi. J'aime beaucoup Substance des Girls, effectivement (je connaissais pas). J'aime beaucoup quand ça démarre de cette façon, avec seulement quelques accords et une voix légèrement tourmentée. Voix mise à part, cette épure me fait penser un peu à Low.
      Bon courage pour le boulot et les exams (je vais aussi rentrer dans une période chargée à ce niveau d'ailleurs).

      Supprimer
  4. Bon choix, évidemment, surtout comme tu le soulignes bien par l'évolution que le titre a subi sur scène durant les différentes tournées.
    Imagine toi que le tout premier concert de ma vie a été celui de Eels pour cette tournée, en 1996. La grosse baffe ! Not Ready Yet était plutot en fin de set si je me souviens bien. Je vérifirai...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouah, voir Eels en live en 96, tu m'étonnes que tu sois devenu fan. Dire que j'ai dû attendre 2013 pour voir E et sa bande sur scène (un concert inoubliable d'ailleurs, où, après 2 rappels, ils coupent les lumières, les techniciens rangent le matos sur scène, et non, E et ses copains reviennent pour nous jouer un Dog Faced Boy d'anthologie alors que la moitié du public a déserté).

      Supprimer
    2. j'étais déjà fan de l'album, mais effectivement ce concert m'a définitivement achevé! c'est l'une de mes plus grandes satisfaction. qui a été ensuite suivi d'une de mes plus grandes déceptions, à savoir l'annulation de la date de Nancy (j'avais ma place, à l'époque j'étais à Metz pour mes études) sur la tournée Daisies of the Galaxy avec Lisa Germano. Et depuis je n'ai jamais pu voir Eels autre part qu'en festival, et encore assez récemment, à cause de leur facheuse manie de ne plus passer qu'à Paris.
      C'est sur que malgré mes déceptions sur disque, Eels reste un groupe majeur sur scène, et tu as du bien t'éclater. Le coup du retour lumière allumé, il le font de temps en temps, c'est génial que tu es pu en profiter!

      Supprimer
    3. Tu m'étonnes, la tournée Daidies of the Galaxy est une de mes préférées, j'aime beaucoup la Black Sessions enregistrée à cette période, d'ailleurs.
      Je savais pas que c'était dans leurs habitudes de faire ce type de retour. Pour le coup, heureusement que j'avais étudié les playlists précédentes, je savais qu'ils finissaient par un morceau intitulé "Go Eels" à chaque fois. Ne l'ayant pas entendu, je me doutais bien qu'ils allaient revenir, même si ça a été difficile de convaincre les copains de rester là plutôt que d'aller à la buvette au bout de 5 minutes. Au final, on a pu regarder ce retour en étant affalé sur les barrières, à 2 mètres de E.

      Supprimer
  5. d'autant que j'étais aussi fan de Lisa germano, qui non content de faire partie des musiciens de Eels pour cette tournée assurait la première partie sur certaines dates! La Black Session est super, je ne sais pas si le fait de pouvoir entendre ce que j'ai loupé apaise mes regrets ou les alimente !
    Un peu dommage d'ailleurs qu'ils n'aient pas sorti officiellement un live complet mais l'espèce de patchwork qu'est Oh What a Beautiful Morning. (qui reste quand meme excellent, bien sur)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lisa Germano fait partie des artistes dont je ne lis que du bien, mais je n'ai jamais été tenté à l'idée d'écouter un seul disque d'elle. Et la liste de rattrapages étant bien longue, ça risque de rester ainsi pendant quelques temps. Je me trompe sans doute, hein, et j'en ai conscience.
      Moi aussi, je préfère la Black Sessions de 2000 au (très bon) Oh What A Beautiful Morning.

      Supprimer
  6. Il y a un disque que tu devrais quand meme tenter, c'est Geek the Girl (1994), qui est un chef d'oeuvre et qui a marqué la plupart des gens à qui je l'ai conseillé (j'ai d'ailleurs vu qu'un blogueur avait proposé ce disque au cours de ce jeu). Si tu accroches, tu pourras tenter le reste. Moi j'aime bien sa discographie des 90's mais je trouve ce qu'elle fait depuis 2000 assez dispensable.
    Et puis Germano, c'est un nom que je retrouvai associé à des tas d'artistes que j'adore (Eels, Tiersen, Calexico), donc je m'y suis forcément intéressé...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai que j'ai aussi un live (peut-être bien une Black Session d'ailleurs) de Germano avec Tiersen aussi. Je vais écouter Geek The Girl. Je crois que quand on me dit par quel bout commencer avec un artiste, ça me donne davantage envie de le faire. Plus efficace que de se retrouver face à une pelletée d'albums et choisir de manière aléatoire, ou selon des chroniques dont on ne sait même pas quels atomes crochus musicalement parlant on peut partager avec leur auteur.

      Supprimer
    2. J'aimais beaucoup Lisa Germano (dans les 90s aussi...), qui est finalement restée assez méconnue...il y a un album avec Calexico aussi: OP8 sinon je dirais ses 4 1ers albums...parce qu' après j'ai peu écouté...

      Supprimer
    3. Bon ba j'ai écouté Geek The Girl et j'aime beaucoup. J'aurais dû essayer plus tôt. Après Geek The Girl, vous m'en conseillez un autre (parmi ces 4 premiers, si j'ai bien compris).

      Supprimer
    4. Ben...les 4!! :) Le 1er est un peu dans la même veine...

      Supprimer
  7. Oui, les 4 premiers sont bons, mais Geek the Girl est carrément au dessus du lot pour moi. je te conseillerai Happiness pour poursuivre...

    RépondreSupprimer
  8. C'est noté. Je vais poursuivre avec Happiness, puis les 2 qui compléteront le quatuor initial.

    RépondreSupprimer
  9. Dans un autre registre, comme l'indiquait Chris, il y a l'album d'OP8 (Lisa Germano + Howe Gelb + Calexico), Slush. c'est excellent.

    RépondreSupprimer
  10. Effectivement, mais n'ayant pas réussi à le trouver, je crois que je vais commencer avec le Happiness. Merci pour ces conseils en tout cas.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire