Sophia - There Are No Goodbye (2009)

J'ai récemment découvert Sophia grâce à Xavier qui m'avait conseillé ce groupe à plusieurs reprises sur son blog. Bonne pioche, puisque je me suis fait toute la discographie de la formation bâtie par Robin Proper-Sheppard sur les cendres de The God Machine.

Si, comme souvent, les meilleurs opus se trouvent en début de discographie (Fixed Water en 1996 et surtout, mon préféré, The Infinite Circle en 1998), tout est bon chez Sophia (le suivant People Are Like Seasons en 2004 est très bon, et Technology Won't Save Us (2006), moins immédiat, me plaît moins mais reste très recommandable).

On en arrive donc en 2009 avec There Are No Goodbye qui constitue à mon sens un retour en forme. Pas au niveau des deux premiers disques, c'est sûr, mais sans doute pas si loin, qualitativement parlant, de People Are Like Seasons et meilleur en tout cas que Technology Won't Save Us.

Un album cohérent, délicat, qui s'écoute avec un réel plaisir. Chaque morceau prend le temps de mettre en place son univers, de le dérouler, de telle façon qu'on entre aisément dedans.

C'est sur le premier titre, donnant son nom à l'album, que j'ai particulièrement buggé. C'est la facette la plus pop du groupe, et étonnamment, pour le coup, c'est celle qui me séduit le plus. Pour les gourmands, Storm Clouds, sur le même album, est un autre sommet. 

Commentaires

  1. Un groupe que je n'ai jamais écouté mais c'est vrai que Xavier en a déjà parlé et toi maintenant, ça motive ... ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu tentes l'écoute, je te conseille Fixed Water et The Infinite Circle pour commencer.
      Tu m'en diras des nouvelles =)

      Supprimer
  2. Excellent groupe
    Perso, je reste scotché à People Are Like Seasons (superbe pochette de surcroit)

    ELSD

    RépondreSupprimer
  3. C'est un des rares groupes dont j'aime tout les albums sans exception! Comme toi, mon préféré reste the Infinite Circle. Il y a aussi de très bons Live.

    RépondreSupprimer
  4. Le seul problème, en fait, c'est que Robin Proper-Sheppard a clairement un poil dans la main. Pourtant, il a commis un des morceaux les plus intenses de cette année, comme ça sans prévenir:

    http://youtu.be/YKwuyhVmfjc

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire