Icelandweek #9/10 - mùm - Green Glass of Tunnel (2002)

Après Björk et Sigur Rós, mùm est sans doute l'artiste islandais à s'être le mieux exporté hors des frontières de l'île. Il était donc évident de rendre hommage ici à leur musique.

Mais parler de mùm est tout sauf un choix forcé tant leur musique respire le parfum que j'aime entendre émaner d'Islande.

Le collectif en est actuellement à six albums. Le dernier, Smilewound, sorti en 2013, m'a déçu. Avant celui-ci, même si je n'ai pas creusé tous les disques autant qu'ils ne le mériteraient, le parcours de mùm alternait entre le génial (les deux premiers et le quatrième) et le très bon (le troisième et le cinquième).

Autant dire qu'on a là à faire à une valeur sûre. J'ai une vraie préférence pour les deux premiers opus, Yesterday Was Dramatic, Today Is Ok (2001) et Finally We Are No One (2002), particulièrement ce dernier. Il faut dire que peu de temps après la tournée de ce deuxième opus, Gyða Valtýsdóttir, l'une des deux chanteuses, quitta le groupe pour reprendre ses études.

Sa sœur jumelle, Kristín Anna Valtýsdóttir, avec qui elle partageait jusqu'alors le micro, quittera l'aventure en 2006, n'apparaissant finalement que sur un album supplémentaire, Summer Make Good (2004).

La trajectoire du groupe a forcément évolué avec ce changement de line-up. A mon sens, aussi brillantes soient ces dernières sorties, et bien qu'elles aient conservé le caractère aventureux et délicieusement bizarroïde, il leur manque cette petite étincelle cristalline, cette touche de délicatesse sur fond de neige éternelle qui faisait la magie des deux premiers opus.

Pour mùm, j'ai hésité entre deux morceaux de Finally We Are No One : Green Grass of Tunnel et We Have A Map of The Piano, ces titres s'enchaînant forment un bloc de dix minutes consécutives d'une inventivité et d'une fraîcheur rarement atteintes. J'ai opté pour le premier de ces deux morceaux car, indépendamment de l'album, il me semble plus accessible.

Pour finir avec mùm, deux petites anecdotes, la première concernant l'origine de ce nom qui est seulement esthétique, le groupe affirmant y voir dans la graphie deux éléphants entremêlant leurs trompes. La seconde, c'est que les fans absolus de Boards of Canada ont forcément déjà entendu au moins deux titres de mùm issus de Yesterday Was Dramatic, Today Is Ok.  

Ces titres, Smell Memory et Slow Bicycle, ils les ont entendu sous les noms de Geiser et Seaward Leaf, deux morceaux du Hooper Bay EP de Boards of Canada, introuvable actuellement, et dont un fake tournait beaucoup sur la toile. Dans cette version, les deux titres - instrumentaux - de mùm sont intégrés, ni vu ni connu, à l'EP.  Le pire, c'est que, en tant que sortie des débuts de BoC, ces titres sont presque crédibles. L'univers de mùm est très riche, et ce petit écrit me donne envie de redécouvrir les derniers albums que je connais moins bien.

Commentaires

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Meilleur album mais j'aurais bien du mal à départager le premier et les deux suivants. Sans doute une petite préférence pour Summer Make Good qui est certes d'une tristesse insondable mais que de beauté dans ce disque.

    La suite est un bon cran en dessous malheureusement (avec une nette préférence pour le 6ème par rapport au 5ème me concernant).

    RépondreSupprimer
  3. Perso, je 'étais jeté sur l'éclectique "Early Birds" rétrospective de titres composés il y a une décennie pense je... je croiyais éveiller ma curiosité pour ensuite attaquer des albums. Mais non. Je profite de ce post pour noter ta référence
    Voilà, commandé en médiathèque.
    J'attends beaucoup de ce mélange que tu annonces, un genre d'électro folk?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais écouté (distraitement) Early Birds. Ca ne vaut pas à mon sens le Yesterday Was Dramatic, Today Is Ok et encore moins Finally We Are No One. Ce sont vraiment ceux-là que je te conseille.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire