Icelandweek #5/10 - Sigur Rós - Gong (2005)

J'ai hésité à citer Sigur Rós et Bjork dans cette rubrique. L'idée de rendre hommage aux artistes islandais, à la base, devant permettre des découvertes aux rares lecteurs de ce blog... ce qui ne sera pas le cas avec ces artistes. Qu'importe, ce sont eux qui ont généré mon attrait pour les sonorités nous venant de la contrée islandaise. Ca méritait bien un hommage. Et en plus, ça tombe bien, puisqu'il s'agit du centième article paru sur ce blog, onze mois après sa création.

Plus qu'un hommage, même, lorsque l'on parle de Sigur Rós, incontestablement dans le top 10 (si ce n'est le top 5, mais là, ça nécessiterait une réflexion plus longue) des artistes que je considère comme essentiels.

Et pour cause, après un Von que je n'ai écouté qu'une fois car, objectivement, il est assez dénué d'intérêt même si les prémices de ce que sera "le son" de Sigur Rós y apparaît, les Islandais ont enchaîné un (quasi) sans-faute discographique, d'Ágætis Byrjun (qui signifie "Un Bon Début", comme quoi, c'est bien le vrai point de départ de leur discographie) en 1999 au récent Kveikur sorti en 2013.

Soit la bagatelle de six disques dont, objectivement, quatre sont des chefs-d’œuvre absolus, un est très bon (Valtari, 2012) et un seul décevant (Með Suð í Eyrum Við Spilum Endalaust, 2008) malgré le très bon single que constitue Gobbledigook.

Non content de compter quatre chefs-d’œuvre, la troupe islandaise prend soin d'offrir avec eux des disques variés (et Valtari, très ambient, explorait une 5ème voie). Des bases du "son" Sigur Rós sur Ágætis Byrjun et sa mélancolie glaçante aux tendances presque industrielles de Kveikur, on passe par un () (2002, album sans nom, sans véritable pochette, dont les titres n'ont pas de véritables noms sinon ceux qui leur seront attribués rétrospectivement en concert et où le chanteur Jónsi chante dans une langue qui n'existe pas, le vonlenska) extrêmement sombre mais toujours sur le fil, atteignant des sommets (Untitled 1, Untitled 7 et Untitled 8) rarement égalés dans la disco du groupe. Cet opus est sans doute mon préféré et je le trouve particulièrement cohérent bien que ce soit justement à l'aune de l'absence de cohérence que certains le considèrent comme moins essentiel que son prédécesseur.

Reste Takk... (2005), donc. L'album le plus accessible de Sigur Rós. Celui des Glósóli, Hoppípolla ou Sæglópur, où, pour la première fois, les Islandais (de Reykjavik eux aussi) épousent presque le format pop du single... Mais c'est un autre titre qui a ma préférence : Gong. Le genre de titre sur lequel la majesté de Sigur Rós, la voix de Jónsi, la pureté des cordes, du piano et des arrangements me transporte rapidement loin. Un must dans une discographie implacable et essentielle. 

Commentaires

  1. Quasi parfait ce Takk... C'est vrai que ( ) est très cohérent, peut-être trop finalement, c'est peut-être pour ça qu'il m'ennuie dans sa seconde partie (ou peut-être aussi parce qu'elle s'avère plus classiquement post-rock et qu'à l'époque j'en avais déjà trop écouté).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Choisir entre deux albums aussi brillants est de toute façon une torture.
      () est un disque plus sombre que Takk... au format plus post-rock c'est vrai, mais dans un genre post-rock qui ne versait pas encore dans l'auto-caricature.
      Bref, avec Agaetis Byrjun, c'est le tiercé gagnant de leur disco, Kveikur arrivant un brin derrière eux à mon sens.

      Supprimer
  2. à l'époque mon préféré, j'en suis aussi un peu revenu du () (du même avis que Rabbit).
    c'est vrai que mis à part le Valtari qui m'a profondément emmerdé, Sigur Ros est un groupe qui tient bien la durée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends que Valtari puisse emmerder. Il m'avait fallu le mûrir pour l'adorer. Mais si je n'avais pas fait cet effort (que je n'ai pas forcément fait pour Med Sud Eyrum), je serais passé à côté.

      Supprimer
  3. Le cas Sigur Rós : Peut être un des groupes les plus originaux, virtuoses, etc...apparus lors des 00's !!!
    Je me souviendrais toujours du choc provoqué par la découverte, en 2000, de l'O.V.N.I sonique qu'était "Ágætis Byrjun".
    Mais "( )" a aussi été un énorme séisme émotionnel perso, (presque) encore plus fort. Je l'ai tant écouté pendant des années. De plus, m'étant à cette époque mis à la relaxation/méditation, il fût mon compagnon idéal.
    "Takk", encore un chef d'oeuvre.
    Certes différent et un cran en dessous, "Med Sud I Eyrum Vid Spilum Endalaust" m'avait quand même pas mal séduit à sa sortie (je l'avais d'ailleurs classé n°5 de mon top LP).......UN IMMENSE GROUPE !!!
    Vivement la suite de cette balade en terres islandaises.
    A +

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Peut être un des groupes les plus originaux, virtuoses, etc...apparus lors des 00's"
      J'irai même plus loin en te demandant qui on pourrait mettre à leur niveau (de créativité, virtuosité, et ayant un écho minimum) sur cette décennie.
      Je vois TV On The Radio, dans un autre registre, évidemment, mais au-dessous.
      Y en a peut-être d'autres, mais là, comme ça, rien ne me vient à l'esprit.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire