La saga de Mark Oliver Everett : Episode 14/15 - New Alphabet

Trois ans de mutisme, c'est, mis à part la pause entre Blinking Lights et Hombre Lobo, la plus longue période d'absence de Eels depuis sa création.
Il faut dire qu'avec trois disques en quinze mois, les anguilles avaient été particulièrement actives entre 2009 et 2010. En 2013, alors même que Mark Oliver Everett travaille depuis quelques années sur un album intimiste (qui sortira en 2014), il s'offre une récréation en invitant, sur un coup de tête, ses musiciens à la rejoindre pour quelques sessions musicales.

La mayonnaise prend si bien que l'idée d'accoucher d'un disque vient rapidement sur le tapis. Quelques mois plus tard, Wonderful, Glorious, dixième album de Eels, est disponible. Si Mr E est plus que jamais un loup solitaire - hors tournée, c'est presque un ermite qui vit seul avec son chien - il ne s'appuiera jamais autant sur ses acolytes que pour l'enregistrement de cet opus.

Sur Wonderful, Glorious, il se dégage une immédiateté qu'on n'avait pas croisée chez E depuis quelques années. Des albums post-Blinking Lights, celui-ci est clairement mon préféré. Il n'explore pas véritablement de nouveaux horizons, mais ce n'est plus forcément ce que l'on attend de ce "lone wolf" doté d'un talent de songwriter tel qu'on sait d'avance que l'on trouvera, dans les crus mineurs, quelques titres rendus indispensables par leur évidence, et dans les très bonnes cuvées (comme celle-ci), des disques qui nous accompagnent jusqu'à devenir intimes tant ils ne laissent jamais de place à la médiocrité et atteignent à plusieurs reprises des sommets d'élégance.

Quelle est la recette de ce cocktail imparable donc ? Déjà, une entrée en matière de haute volée avec un Bombs Away électrique dont la rythmique est pour le coup novatrice et particulièrement inspirée. Un titre idéal pour ouvrir les lives de la tournée qui suit. Et puis ? Et puis, la traditionnelle alternance entre les inévitables ritournelles calmes sur lesquelles E nous charme en quelques accords (On The Ropes, The Turnaround et True Original) et les morceaux les plus rythmés qui ne mettent qu'un temps avant d'être apprivoisés sans que les écoutes successives n'en altèrent le charme au gré des détails divers que l'on y découvre (Peach Blossom, New Alphabet, Kinda Fuzzy ou Wonderful, Glorious).

On ne doute pas un seul instant que Mr E soit le plus talentueux de la clique. C'est le cerveau de Eels. Mais un cerveau ne peut indéfiniment pas fonctionner seul. Ou alors il s'enferme dans une certaine routine, dans certains tics de fonctionnements. S'appuyer sur ses musiciens en faisant confiance au contenu que des sessions immédiates pourraient engendrer a permis à Eels de faire un léger pas de côté nécessaire pour accoucher de leur meilleur disque depuis une décennie.



Le titre d'ouverture, particulièrement intéressant du point de vue rythmique : Bombs Away
Un titre électrique rythmé, rapidement addictif : Peach Blossom
Un titre calme qui prend son temps avant d' "exploser" : The Turnaround


Ps : J'en profite pour remercier ceux qui consultent régulièrement ce blog qui fête aujourd'hui même son premier anniversaire.

Commentaires

  1. Je partage ton avis sur cet album meme si je sais qu'il ne fait pas l'unanimité parmi les aficionados de E. Rien à ajouter...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas s'il ne fait pas l'unanimité, en tout cas je le tiens en très haute estime au point de l'avoir nommé numéro de mon top 2013.

      Supprimer
  2. Hey, bon anniversaire !
    ''Open My Present'', mon morceau préféré sur celui-ci, est donc doublement d'actualité...
    Un disque qui porte très bien son nom !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, un titre adapté au contenu de ce disque.

      Supprimer
  3. Je suis d'accord avec toi, c'est sur ce disque qu'on sent le mieux l'apport des autres musiciens, c'est un vrai disque de groupe. Par contre je suis beaucoup moins enthousiaste que toi, même si j'ai réévalué cet album depuis sa sortie. Pour moi il se rapproche beaucoup de Hombre Lobo, mais en moins bon quand meme... Un titre? j'en sais rien... "Peach Blossom"...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il se rapproche pas mal de Hombre Lobo effectivement. Lequel je préfère ? Wonderful, Glorious pour ma part. Mais l'écart n'est pas énorme.

      Supprimer
  4. Il me semble bien que "Wonderful, Glorious" avait gravit la plus haute marche de ton top albums 2013....J'attend d'ailleurs avec impatience celui de cette année (ayant beaucoup de goûts communs).

    Et avec un jour de retard, BONNE ANNIVERSAIRE A CE SUPERBE BLOG, DEVENU INDISPENSABLE EN SEULEMENT.....1 année !!!!
    Bonne continuation !!!
    A +

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le top de cette année est quasiment bouclé, reste à écrire la moitié des commentaires associés =) Du boulot en perspective.
      Tes compliments me vont une fois de plus droit au coeur. Merci beaucoup de ta fidélité !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire