La saga de Mark Oliver Everett : Bonus 3/3 (Faces B) - Dog's Life

Cette fois, c'est vraiment la fin de la saga Mark Oliver Everett (j'aurais pu y ajouter un épisode concernant les remixes, mais je les associe aux faces B qui sont ici à l'honneur) après dix huit jours consécutifs entièrement dédiés au sieur E.

Comme beaucoup d'artistes, Eels a changé quelque chose dans sa façon de sortir les faces B avec l'ère numérique. Là où il était de bon ton de multiplier les singles comportant une ou deux faces B ainsi qu'un remix dudit single avant, disons 2007-2008 (en gros, la période qui marque une césure dans sa disco), l'usage a ensuite été de sortir des rééditions dites "deluxe" du disque avec cd bonus en prime compilant de 4 à 8 faces B.

En plus de cela, avec Eels, il faut compter sur deux compilations : la première sortie en 2005 et intitulée B-Sides & Rarities 1996-2003, mais surtout Useless Trinkets : B-Sides, Soundtracks, Rarities and Unreleased 1996–2006, sorti en 2008, et qui reprend tous les titres, à l'exception d'un remix de Flyswatter, paru sur son prédécesseur b-sidesque, ainsi que l'essentiel (peut-être même la totalité, je n'ai pas vérifié) de ce qui est sorti en faces B jusqu'à 2008.

Sur ces faces B récentes issues des rééditions deluxe, je retiens principalement :

I'm Your Brave Little Soldier, face B de Wonderful, Glorious, qui démarre l'air de rien avec une ritournelle déjà entendue avant de prendre une autre dimension lorsque intervient le chant de E ou, à la même époque, un Your Mama Warned You assez déroutant sans finalement l'être tant que ça puisque, aussi raccord soit-il à l'esthétique de l'album dont il est une face B, ce titre a quelque chose dans son jeu de guitare d'un rock très sixties rarement vu de manière aussi marquée chez le bougre.

L'excellente Let's Ruin Julie's Birthday, dont parlait à juste titre EWG il y a quelques jours, issue du bonus de Tomorrow Morning, se démarque par son caractère léger assez conforme au disque en question, et un refrain addictif.

On n'oubliera pas non plus Millicent Don't Blame Yourself sur le dernier disque de Eels, The Cautionary Tales, ritournelle posée là encore assez conforme au son de l'opus dont elle est issue.

Pour les matériaux moins récents, il faut se pencher sur Useless Trinkets, et je retiens particulièrement Dog's Life, composée en 1997. Je triche un peu car ce titre a été immédiatement prêté au film Welcome To Boop Boop, sorti en 1998, j'aurais donc pu l'évoquer dans les BOs. Il apparaît certain que ce titre n'a pas été composé spécialement pour ce film, voilà la raison pour laquelle je la nomme sans honte aucune dans ce chapitre. Ce titre est précurseur de l'excellent Efil's God, présent sur ESB, puisque, en plus d'en avoir pour titre le palindrome, E a utilisé des parties instrumentales de Dog's Life en mode "reverse" sur le titre jumeau.


Il serait aussi dommage de se passer de la montée en puissance d'Estranged Friends, dans un style plus jazzy qu'à l'accoutumée ou Everything's Gonna Be Cool This Christmas. Et en ce qui concerne les remixes, Michael Simpson en a réalisé plusieurs (présents sur Useless Trinkets). Mon préféré, dans une version dub transfigurée, reste celui de Novocaine For The Soul, mais il n'est pas sur Youtube. On va donc se contenter de ce Susan's Apartment.

Commentaires

  1. et très belle saga...très agréable à suivre, j'espère qu'il y en aura d'autres !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y en aura d'autres, c'est certain... mais pas tout de suite (ça prend un certain temps à rédiger, quand même).

      Supprimer
  2. Yo!
    Les bonus et B-sides en général c'est pas trop mon truc, d'ailleurs on comprend souvent à leur écoute pourquoi ils sont relégués à ce statut mais avec Eels c'est différent, en tout cas pour moi. Très souvent de bonnes surprises.
    Bien belle série mec, merci, finis-bien l'année et hasta pronto !

    RépondreSupprimer
  3. Pour moi, l'EP indispensable c'est Rags to Rags, celui avec la pochette où le groupe est teint d'un improbable blond platine...
    en B-Side, je retiendrais "Fucker", qui a longtemps été le titre favori des fans. Et "Bad News" en ce qui concerne les BO.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je possède le dit EP et c'est vrai qu'ils ont une sacrée dégaine avec leurs cheveux blonds. Je me souviens à l'époque d'une chronique dont je ne me rappelle d'ailleurs plus l'auteur (peut-être François Forestier) qui qualifiait alors E de "sorte de Laurent RUQUIER peroxydé"...

      Supprimer
    2. "Laurent Ruquier peroxydé ?". Il y avait moyen de rendre davantage hommage à E, mais ça m'a quand même fait sourire.

      Supprimer
  4. Et l'ami, j'attend avec impatience (tel un junkie en manque) ton TOP albums 2014 !!!!
    Et tout cas, bonne année 2015 à toi, et longue vie à ce blog !!!
    A +

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est en cours de préparation. Plus long que jamais, le nombre de disques écoutés cette année faisant que je me voyais mal en retenir moins de 100. La contrepartie, c'est qu'il faut rédiger un commentaire inédit pour chaque disque et ça, c'est du boulot... qui touche à sa fin.
      Après, y aura plus qu'à faire la même chose (mais sans doute pas au-delà de 10 ou 20) pour les EPs.

      Supprimer
    2. C'est vrai que 2014 a été un sacré cru !!
      100 disques retenus + commentaire inédit pour chacun, Ouah, quel boulot !! Perso, je me suis arrêté à 50 (+ 3 en bonus) mais j'en ai oublié ou mis de coté certains. Il faut bien faire un tri et choix.
      J'attend quand même vivement ce top !!! Je suis sur que l'on doit avoir en communs pas mal d'albums.
      A +

      Supprimer

Enregistrer un commentaire