mardi 18 mars 2014

[GJBSF #08] 5 - Beth Gibbons & Rustin Man - Out of Season

Ils nous ont piégé, Alexandre et Etienne. Voilà qu'ils viennent nous embarrasser avec des problématiques se situant au-dessous de la ceinture (ou plutôt au-dessus, puisqu'on parle des hanches, à moins, bien sûr, que vous ne portiez le pantalon comme Chirac). En l'occurrence, le disque qui vous donne envie de jouer des hanches... et pas pour danser...

Un thème assez embarrassant pour moi. Pas parce que je n'ai pas envie de parler de ce qui m'anime, mais plutôt parce que la musique n'a pas réellement d'impact sur mon taux de testostérone. Et c'est d'ailleurs l'un des seuls secteurs émotionnels sur lequel la musique n'a pas vraiment d'impact sur moi.



Qu'on me demande de choisir un disque pour pleurer toute la nuit, pour conduire, pour prendre sa douche, pour aller courir, pour aller... Pas de souci. Mais là, copie blanche, pour ne pas dire la panne sèche. Mais j'aime être mis dans une position inconfortable. C'est souvent de là qu'émerge le meilleur (et je ne parle évidemment pas de la qualité des quelques lignes que j'écris, je n'ai plus beaucoup d'illusions à ce sujet depuis bien longtemps. Ma vision était plus globale).

Ce thème m'a posé problème car je le prenais au sens strict. Jouer des hanches. Pas la façon dont j'appréhende la chose, mais, du coup, la formulation me faisait penser à un truc plus brutal, type les Chemical Brothers ou Fatboy Slim. En fait, je prenais le thème pour ce qu'il nommait qu'il n'était pas : un disque dansant.


Sauf que non, remuer les hanches, ce n'est pas ça, ça nécessite évidemment de l'élégance, de l'attirance, une temporalité bien définie qui permette de faire monter l'envie, du mystère (tiens, comment s'appelle le premier morceau du disque ?). Musicalement, je traduis cela par une voix aérée, des mélodies riches mais épurées et ce petit truc indéfinissable en plus. Celui qu'on a du mal à identifier, qui transforme souvent un très bon disque en disque de chevet (ou intemporel, ou chef-d’œuvre, chacun a sa formulation favorite).

Sur Out Of Season, Beth Gibbons (chanteuse de Portishead) et Paul Webb aka Rustin Man (bassiste de Talk Talk) collaborent pour la deuxième fois après le projet O'Rang qui n'atteignait pas la moitié de la classe de celui-ci. Mélodique, voire symphonique, Out Of Season est tout simplement génial et l'écoute de morceaux intemporels tels que Mysteries, Tom The Model ou Spider Monkey aura tôt fait de convaincre les derniers sceptiques.

Je m'égare, je parle du disque en occultant totalement la consigne. Un disque qui, s'il peut effectivement donner envie de jouer des hanches, dans le sens où la délicatesse et la sensualité y sont largement présentes, est un peu hors sujet, je le reconnais. Si on me passe ce disque, quel que soit la circonstance, j'ai plutôt envie de me poser, de ne rien faire d'autre, m'allonger, fermer les yeux, et écouter. Un chef-d’œuvre ultime qui figure dans mes dix disques favoris tous genres et époques compris.


31 commentaires:

  1. Aborder un thème "sexy" avec l'image de Chirac le pantalon sous les aisselles, il fallait oser.
    Grand disque de Beth, beau et élégant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment ça Chirac était pas sexy =) ?

      Supprimer
    2. Je parle déjà de lui au passé, c'était même pas volontaire. C'est peut-être parce que le pantalon sous les aisselles, il a dû le troquer contre une bonne vieille robe de chambre.

      Supprimer
  2. Oui je confirme, c'est un beau disque.

    RépondreSupprimer
  3. Je ne sais pas s'il est sexy, ou s'il m'évoque ça parce qu'après tout à chacun son excitant sonore, je sais par contre que c'est un superbe album dont je me morfonds qu'il n'ait jamais eu de suite.

    RépondreSupprimer
  4. Ouais Alex et Etienne c'est des branleurs qui voulaient juste des infos pour pécho et je te suis sur la musique et son non-impact.
    Je n'ai jamais été attiré par Beth Gibbons mais ce n'est pas du scepticisme, c'est juste comme ça.
    Lisa Germano par contre, mais je ne sais pas si c'est comparable.
    Le reste, sur mon post ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Lisa Germano ça aurait pu. Mais je la connais depuis trop peu de temps, je suis pas encore familiarisé avec ses disques. Curieux de voir ce que tu as choisi.

      Supprimer
    2. Oui tu as très bien vu Everett ! On cherche vos petits secrets pour séduire à coup sur ... ou peut être vous séduire qui sait ?

      Supprimer
    3. Jeune pervers !
      Leçon n°1 : on n'attrape pas les mouches avec du vinaigre ...

      Supprimer
  5. rhoo.. impec, tu es un romantique.. j'ai aussi opté pour la lime mélancolique :D

    RépondreSupprimer
  6. J'aurais plus penché pour J. Charles avec Elysian Fields ... mais j'avais peur du doublon. Celui là je l'avais utilisé pour un autre grand jeu, très beau disque, et puis il contient une grande chanson, une des plus belles chansons de tous les temps avec Mysteries...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, Mysteries... Je ne te le fais pas dire. Le genre de merveilles que j'écoute à petite dose pour ne pas rompre le charme.

      Supprimer
    2. Oh!! ben du coup c'est moi qui l'ai prise (enfin, en tout bien tout honneur, hein....). Et ce comentaire (ainsi que ton article) me font penser que j'ai complètement oublié de parler du Mystère, ce qui était mon intention au départ (c'est quand meme l'une des principales caractéristiques de l'attirance...)

      Sinon je suis aussi en phase avec toi, j'ai choisi le "meilleur" disque dans la catégorie mais ma téstostérone n'est pas non plus hyper sensible à la musique...

      Supprimer
    3. j'en oublie de parler de ta proposition! que je ne connais pas, et note consciencieusement sur un papier à coté des nombreux autres disques à écouter sélectionnés sur les articles des participants au jeu.

      Supprimer
    4. Comme pour Jimmy, je te recommande chaudement ce disque. Il y en a bien peu que j'aime autant que celui-là, assurément dans le top 10 tous registres confondus pour ma part.

      Supprimer
  7. Mais j'aime être mis dans une position inconfortable Tu vois, finalement, tu était bien dans le thème.

    Complètement d'accord avec ton discours sur l'impact de la musique, c'est bien pour ça que j'ai été obligé de biaiser (avec un i au milieu hein) et de détourner - oh à peine, si peu - le thème.

    J'écoute de temps en temps ce disque que j'aime bien, la voix de Beth me plait beaucoup.
    Pour conclure sur le thème d'Alex et Etienne, tu fais un très beau choix, il ne faut avoir peur de la Beth. Ok, je sors.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, ah, merci pour ton commentaire qui m'a fait mourir de rire. Je vois que t'es à l'affût du moindre jeu de mots, et j'en redemande !

      Supprimer
  8. Beth Gibbons, je la vois mieux dans un univers à la Twin Peaks que dans un clip en bikini, il faut l'avouer, sa voix participe énormément au côté "flippant" de Portishead. Du coup, perso je ne l'aurais jamais choisie pour ce thème. C'est d'autant plus intelligent pour toi de l'avoir fait, bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les clips en bikini ? Ca doit bien faire 5 ans que je ne suis pas tombé dessus, même par hasard. Je ne m'en porte pas plus mal =) Non, plus sérieusement, j'ai jamais été du genre à mettre un disque pour faire la bagatelle, il est des domaines où la passion musicale démesurée (et encore, je suis un petit joueur à côté de certains) doit se mettre en stand-by, celui-ci principalement.

      Supprimer
  9. Juste un mot (enfin, trois !!!) : putain de voix !!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je n'ai le droit qu'à trois mots aussi pour répondre : je pense pareil !

      Supprimer
  10. Tout à fait d'accord avec Keith : sa voix est superbe et son caractère mystérieux la rend très sensuelle ! Mais c'est vrai que l'on a plus l'habitude de la voir dans un autre univers, celui du thème précédent et pourtant elle est tout a fait a sa place dans cet l'album sublime.

    RépondreSupprimer
  11. Quel disque!! Quelle voix!!! Quel chef d'oeuvre!!!!
    Bon j'arrête là, mais, comme toi, c'est une musique qui me donnerait plutôt envie m'allonger et d'écouter... :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chouette, ça fait plaisir de voir qu'on n'est pas le seul à ressentir le même type d'émotion =)

      Supprimer
  12. Je l'aime bien chez Portishead, mais cet album ne m'a pas transporté outre mesure à l'époque; je devrais sans doute réessayer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, pour le coup, et je le ferai pour assez peu d'albums, car je conçois aisément que les goûts et les couleurs varient, mais je t'encourage à retenter. Au vu de ce que tu peux proposer sur les Mangeurs de Disque, cette orientation ne me semble pas éloignée de ton univers, et si tu l'aimes chez Portishead, je serais étonné que tu n'y trouves pas à minima ton bonheur.

      Supprimer
  13. Chef-d'oeuvre absolu, sans commune mesure avec ce que Portishead a sorti par la suite même si ça n'a rien à voir. A devoir choisir un morceau pour ma part ce serait Romance, pour son élégance en suspension digne d'un John Barry, et parce qu'on fait difficilement plus désarmant. J'ai eu la chance de la voir en concert dans une toute petit salle pour ce disque et d'échanger quelques mots avec elle à la fin dans un anglais tout à fait approximatif, rarement vu une personnalité transformée à ce point sur scène, un charisme hallucinant qui laisse place à un tout petit bout de femme presque frêle une fois descendue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup Romance aussi. Comment extraire un seul morceau de ce disque sans faire injure aux autres ? Sympa le concert de l'époque, j'ai réussi à mettre la main, il y a quelques semaines, sur un pirate de cette époque et... Miam. Je t'envie (enfin pas trop, sinon je vois Till' ou EWG débarquer avec leurs jeux de mots =] ).

      Supprimer
  14. Superbe choix pour un superbe disque ! Comme le dis Rabbit, Chef-d'oeuvre absolu.
    Je me souviens très bien de la sortie de ce disque en 2002, peut être un des plus beau et émouvant de cette année-là.
    Intrigué par le casting, Beth Gibbons avec le bassiste de Talk Talk, et aussi en manque de Portishead (leur absence commençait à se faire sentir), je m'était rué sur "Out of season"....que j'avais offert à une amie pour son anniversaire. Frustré, j'en avais acheté un second exemplaire juste pour moi, double achat que je n'ai une seule seconde regretté.
    Voix céleste de pleureuse Antique tutoyant les anges, musique électro/Trip Hop symphonique, ambiances mélancoliques remplies d'un sombre espoir lumineux.....Bref, un disque de chevet, d'île déserte (si il y a l'électricité)....
    A +

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disque de chevet, tu as résumé la chose =)

      Supprimer