[GJBSF 08] 1 - Tindersticks - The Hungry Saw (2008)

"Disque du retour, pour le meilleur ou pour le pire, à vous de choisir", telle était la contrainte du jour. Je raye déjà la mention "pour le pire" ; il y a en effet suffisamment de belles choses dont je ne parle pas pour que je perde du temps à parler de celles qui m'en touchent une sans bouger l'autre.

Et donc, c'est le Hungry Saw des Tindersticks que j'ai choisi. C'est souvent dans l'accumulation de détails que les plus grosses montagnes se forment. Je veux dire par là qu'on pourrait me dire que je suis border-line avec un tel thème que je l'entendrai parfaitement.

En effet, The Hungry Saw n'arrive que cinq ans après Waiting For The Moon. Pour un retour, on a fait mieux. C'est très juste. Cela dit, pour une formation qui, entre 1993 et 2013, n'a jamais, à l'exception de ce break donc, laissé passer plus de deux ans entre deux disques, ça représente une vraie cassure. Pour le dire autrement, cinq ans d'attente avec Massive Attack, ce n'est rien, c'est normal, ça n'a rien d'inhabituel dans leur météo. Dans celle des Tindersticks, ça correspond à une période trouble.

Bon, et puis artistiquement parlant, The Hungry Saw marque un vrai virage. Alors, non, les Tindersticks ne sont pas passés à l'électro. Mais là où la formation comptait six membres sur le précédent disque, elle est ici réduite à sa moelle, à son essentiel. Exit Dickon Hinchliffe, Alastair Macaulay et Mark Colwill. Se retrouvant à six pour un seul concert en 2006, il apparaît clair pour tous que la démarche artistique telle quelle ne rime plus à grand chose.

Et puis surtout, chacun de ses membres a travaillé dans son coin, délaissant les Tindersticks. Stuart A. Staples s'est montré particulièrement productif avec la sortie de la BO de L'intrus (2004) et deux albums solos, Lucky Dog Recordings 03-04 (2005) et Leaving Songs (2006), sans compter Songs for the Young at Heart (2007) en collaboration avec Dave Boulter, le percussionniste des Tindersticks, entre autre collaboration auprès de Yann Tiersen sur Les Retrouvailles (2005).
 


Bref, l'ami Stuart a bien bossé et s'est même établi en France, dans la Creuse, où il monte son studio, Le Chien Chanceux, qui sert désormais de repère aux répét' du groupe.

Enregistré en huit jours autour des trois membres principaux, mais aussi d'une dizaine de musiciens additionnels (jouant principalement cordes et vents), The Hungry Saw frappe par son immédiateté là où ses trois prédécesseurs (Stuart Staples estime que la discographie du groupe se compose de trois triades, The Hungry Saw étant le premier volet de la dernière, pour le moment, triade du groupe qui compte aussi Falling Down A Mountain (2010) et The Something Rain (2012)) avaient fini par se perdre quelque peu en chemin dans une escalade d'exigence inopportune.

Immédiateté, renouement avec l'humour et le second degré propres à la bande de Nottingham, inspiration en termes de compositions et parfaite gestion des temps forts et faibles. Si l'on ajoute à ça quelques valeurs ajoutées - j'entends par là de grands morceaux intemporels - nécessaires pour faire un grand disque tels que The Hungry Saw, All The Love ou surtout Yesterdays Tomorrow, on l'a clairement notre énorme disque de retour. En tout cas, c'est mon préféré des Tindersticks, un groupe que j'estime énormément.

The Hungry Saw

Commentaires

  1. Enregistré en urgence après un break de plusieurs année, elle est pas mal celle-ci^^ Encore un groupe dont je connais nom et pochettes mais que je n'ai pas écouté (pour le moment).

    RépondreSupprimer
  2. Moi je garde la mention "pour le pire" car je ne sais jamais à quoi m'attendre avec les JSF's members! Ouf pas de quoi hurler ici!! Alors ok petite absence mais grosse angoisse pour les fans des Tindersticks...

    RépondreSupprimer
  3. Moi aussi j'aime beaucoup ce disque.....peut être pas Mon Meilleur (Le sommet "Curtains" inégalé depuis) mais un très bon cru Tindersticks. Mais est-ce qu'un album des Tindersticks peut être mauvais ??? Vaste débat !!!
    Les albums solos de Stuart son pas mal, notamment "Lucky Dog Recordings 03-04", ou ses diverses collaborations. Un véritable dandy à la classe absolue, "crooner Indie" et génie de la mélodie !!!
    A +

    RépondreSupprimer
  4. Super objet.. je trouve qu'ils sont défférents depuis ce rtour, depuis qu'ils passés chez Constellation. Pourtant ça reste un groupe pilier inébranlable

    RépondreSupprimer
  5. Même si Stuart était passé en solo, ça a fait un drôle de bien de les revoir. Je valide ce choix à 100%!

    RépondreSupprimer
  6. Oui Curtains reste au firmament, mais pas de mauvais disques chez eux, juste parfois une lassitude d'un style marqué, mais surtout marqué par le talent. J'ai bien aimé le dernier aussi.

    RépondreSupprimer
  7. Hello.
    Comme chez Alex je serai sévère sur la note technique, non 5 ans c'est pas assez !
    Sur la note artistique par contre je monterai assez haut, pour la chronique et les TS que j'ai découverts il y a peu et qui ma foi ...
    EWG

    RépondreSupprimer
  8. Grand groupe, que je n'écoute plus aussi souvent pourtant...j'ai sans doute une petite préférence pour les 2e et 3e albums mais bon les Tindersticks, c'est la grande classe!

    RépondreSupprimer
  9. Les Tindersticks, quoiqu'ils fassent, même qu'ils disparaissent pendant 5 ans (pas assez long pour un vrai retour), ça reste la classe. Moi, je les aurai mis pour d'autres thèmes du jeu. Je dis ça, je dis rien ;-)

    RépondreSupprimer
  10. Ah, c'est clair que par rapport à vous, j'ai l'air ridicule avec mes 5 ans d'attente. Je valide la sévérité d'EWG sur la note technique, elle est méritée !

    RépondreSupprimer
  11. Je ne connaissais pas et je ne peut donc pas juger du changement entre l'avant et l'après coupure, mais c'est très sympathique. Mais je suis d'accord avec El Norton : un retour se définit peut être plutôt par une coupure dans la carrière d'un groupe, caractérisé par un gros changement de membres, de styles, un événement de vie, ... Alors qu'un groupe peut avoir travaillé "pépère" 10 ans sur son album sans pour autant que ce soit un retour.

    RépondreSupprimer
  12. Moi je suis assez d'accord avec toi Elnorton, y a une vraie transition, une arrivée chez Constellation qui change la perception et les attentes qu'on peut avoir du groupe, et puis la trilogie précédente m'avait pas mal déçu donc retour en forme aussi. Curtains ? Mouais. Pour moi The Hungry Saw n'est pas le meilleur, mais le meilleur depuis leur Second Album sûrement.

    RépondreSupprimer
  13. D'accord avec toi aussi El Norton, un retour c'est pas qu'une question d'année, ça peut être une histoire d'épreuves traversées ou de remise en cause, et donc de changements. Je valide, si ça peut contrebalancer un peu les avis "négatifs" sur cet aspect de ton choix ;)

    J'aime beaucoup ce groupe, mais je ne connais que des disques un peu plus anciens. C'est mon prof de maths de lycée, génial à tous les niveaux, qui me prêtais les cds du groupe, jusqu'à ce que la médiathèque prenne le relai. Comme quoi !

    Du coup je chercherais à l'écouter, et essayer de comparer avec les anciens, pour percevoir le changement de style. Bien joué en tous les cas, et ton billet donne envie !

    PS : bien d'accord, j'ai mis "pour le pire" car ça peut permettre des défouloirs pour ceux qui veulent, mais pour ma part je manque trop de temps pour parler de ce qui me tient à cœur, pour en gaspiller en dégommage.

    A dans 2 jours ;)

    RépondreSupprimer
  14. Je ne connais pas. Très belle voix et ensemble plutôt cool

    RépondreSupprimer
  15. Je ne savais pas qu'il y avait eu 5 ans d'absence avant ce disque. Faut dire que Tindersticks je m'y suis mis plus tard. Je ne suis pas toujours dans les dispositions pour les écouter mais ça passe bien. Tiens je les ai vus l'été dernier aux Nuits de Fourvière.

    5 ans seulement. Les pinailleurs pinaillent, c'est dans leur nature.


    RépondreSupprimer
  16. Et sans pinailleurs, on se ferait un petit peu chier de toute façon ;) Merci pour ton retour =)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire