E - Shine It On All

On confond trop souvent Mark Oliver Everett et Eels. Avant de se marier avec le projet des anguilles, l'Américain avait une autre amourette.

Cette amourette, répondant au nom de E fut, à l'instar de son patronyme assez courte - un peu plus d'un an, le temps d'enfanter deux rejetons quand même, les petits A Man Called E (1992) et Broken Toy Shop (1993) - et, il faut l'avouer, était moins jolie en plus d'avoir un caractère plus lisse.




 
 

Très juste me direz-vous, mais, contrairement à Eels, E n'a jamais été trompé par Mark Oliver Everett. Certes, cela n'excuse pas tout, mais en près de vingt ans d'union, Mark Oliver Everett n'a fait qu'une infidélité aux anguilles. Ce n'était pas pour aller vers la plus belle fille de la boîte. Cette MC Honky (qui accouchera d'un I'M The Messiah qu'Everett n'a jamais reconnu) avait néanmoins un charme fou. Et puis, après sept ans d'union avec une belle blonde, la brune métissée aux formes plus avantageuses et à la gouaille inimitable faisait office de grand écart et l'éloignait ainsi de ses habitudes. En outre, le fils du physicien Hugh Everett n'a cédé qu'à une reprise aux joies (?) du plaisir solitaire avec un Levity OST à l'univers lugubre.

Il l'aime sa petite Eels, donc, c'est certain. Pour autant, ne lui arrive-t-il jamais de repenser à son ex ? On ne parle pas là de celle qu'il a utilisé pour tromper l'ennui, mais de celle à cause de qui il a passé plusieurs nuits blanches à enregistrer des compils qui lui étaient dédiées qu'elle n'écouta probablement jamais. Et oui, s'il l'aimait, les atomes n'étaient pas assez crochus pour s'éterniser, et puis, elle était un peu ringarde au niveau vestimentaire, elle était restée coincée dans les années 80. 

Alors, à l'époque, on était en 93 au moment où leur histoire a battu de l'aile, cet ancrage dans la décennie passée n'était pas trop gênant, on n'en était après tout pas si loin, mais en regardant les vieilles photos, aujourd'hui, ça dénote forcément.
 
Même cette très belle photo que constitue Shine It On All, sans doute la plus jolie avec Manchester Girl (tiens, sur ces deux photos, on retrouve le petit dernier de leur union, A Broken Toy Shop), a un petit peu jauni. La faute, peut-être à la robe à fleurs de son premier amour, Mademoiselle E. Alors certes, ces robes reviennent à la mode, le couturier M83 a même décidé de s'y consacrer uniquement, et, à l'instar des habits Desigual, c'est parfois très joli. Mais quand ça ne l'est pas, c'est carrément hors de propos (et de tout bon goût).

Mais putain, elle avait quand même de la gueule cette photo quand on y repense. Shine It On All a bien quelques défauts qui font qu'on n'a pas besoin de Carbone 14 pour sentir qu'elle a plus de vingt ans dans le collier, mais cette E ressemblait beaucoup à celle qui lui succédera dans le cœur de Mark Oliver Everett, finalement. N'est-ce même pas elle qui a contribué à bonifier le bougre, lui permettant d'être suffisamment présentable pour susciter l'intérêt de la plus belle femme du monde qu'est Madame Eels ? Ne jamais jeter ses vieilles photos devrait être une règle générale.

Commentaires

  1. Personnellement je l'aurais bien vu finir sa vie avec la fille de la boîte, c'es celle dont les charmes m'aguichent le plus aujourd'hui, avec madame Eels quand était plus jeune bien sûr. Sinon ce deuxième album solo est quand même bien fameux, moins vieillot que le premier et d'excellents morceaux comme celui-là.

    RépondreSupprimer
  2. Il y a quelques bons morceaux sur les deux disques de E. Je crois que j'ai une préférence pour Broken Toy Shop, avec "Manchester Girl" mais aussi l'un de ses meilleurs titres pour moi, "A Most Unpleasant Man"... Il a continué d'en jouer quelques uns au début de Eels (ces deux là et "Hello Cruel World" notamment)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Manchester Girl évidemment, et comment ai-je pu oublier A Most Unpleasant Man, titre qu'il a joué jusqu'à la tournée Daisies of the Galaxy (cette setlist donne envie : http://www.setlist.fm/setlist/eels/2000/j-paul-getty-museum-los-angeles-ca-43d7fb4b.html ). J'aime beaucoup Hello Cruel World aussi, même si il sonne plus "daté" quand même je trouve.

      Supprimer
  3. Hello.
    Une histoire d'amour entre E et Mark Oliver Everett ? Appelons-ça un plaisir solitaire ... (Le seul dont on s'est sûr qu'il durera toujours !)
    A propos d'amour on aura aussi Bad Dude In Love (1985) signé Mark Everett, avec le fameux "Everybody's Trying To Bum Me Out" qu'on retrouvera ailleurs, bien plus tard ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Wow wow wow, c'est quoi ce Bad Dude In Love que je ne connais pas (et ne trouve nulle part). Si t'as un lien, je t'en serai INFINIMENT reconnaissant !
      Sinon, en termes de plaisir solitaire, j'ai pris le parti de me cantonner au disque signé "Mark Oliver Everett" en l'occurrence la BO de Levity, mais c'est discutable, les E peuvent aussi être considérés comme tels. Ou alors comme des plaisirs partagés mais tarifés ?

      Supprimer
    2. http://www.discogs.com/Mark-Everett-Bad-Dude-In-Love/release/2132168

      je ne l'ai jamais écouté, je ne savais même pas qu'il était trouvable... le premier titre est une "demo" de Flower? (l'un de mes titres favoris, aussi...)

      Supprimer
    3. Everett, je crois que t'as l'occasion de faire quelques heureux !

      Supprimer
    4. Je pense pas que le premier titre soit une démo de Flowers. On peut écouter ce premier titre ici : http://www.groundcontrolmag.com/detail/3/3462/

      Supprimer
    5. Avec plaisir les mecs :
      http://www73.zippyshare.com/v/36089809/file.html
      Non le premier titre n'est pas une démo de Flowers qui lui "piquera" sa célèbre ligne "Everybody..."
      J'imagine que depuis vous avez lu l'histoire : 500 tirages pour les potes puis disparition puis réapparition d'un exemplaire sur EBay vendu très cher, etc...
      Disons qu'à l'écoute on sent poindre quelque chose ...
      Enjoy !
      EWG

      Supprimer
    6. Tu pouvais difficilement me faire un plus beau cadeau. Même si, de ce que j'en ai lu, c'est pas sublime, ça ne peut qu'être indispensable pour un fan du bougre.
      Merci vraiment EWG !

      Supprimer
    7. Le plaisir est pour moi, je t'assure.
      Non bien sûr ce n'est pas du nectar mais y a un petit quelque chose tout de même, et cette production cheap aurait tendance à me le rendre sympathique (les disques de E me paraissant eux un peu trop produits)
      En attendant le mois d'avril ...

      Supprimer
    8. Héhé, merci bien Mr. Everett !

      Supprimer
    9. Sûr que les albums de E sont plutôt trop produits. Je vais écouter ça dès que je pourrais m'assurer de conditions d'écoutes parfaites. Pour ce qui est du mois d'avril, le premier extrait me laisse sur ma faim. J'espère que ça vaudra le coup.

      Supprimer
    10. merci pour cette curiosité, EWG, on se rend compte qu'il y a déjà quelques tics de composition (le riff de "the Girl in my Neighborhood" ressemble étrangement à celui de "Flyswatter" par exemple).
      meme si honnetement le disque est assez atroce....

      puisque tu as l'air bien informé, aurais tu un lien vers un bon live de la tournée "Beautiful Freak" ?

      Supprimer
    11. Avec plaisir.
      Je ne suis pas véritablement un archiviste ni un collectionneur fou, je ne me souviens même plus de comment j'ai récupéré Bad Dude ni même appris son existence (pas dans le bouquin de E puisqu'il ne le mentionne même pas...)
      Donc non pas de live de cette période, désolé, ce que j'ai de plus proche semble être "Electro-Shock Blues Show (Live 1998)"

      Supprimer
    12. Effectivement, il n'en parle pas dans son autobiographie.
      Je ne suis pas non plus un collectionneur fou, j'ai néanmoins un live vidéo de Eels à la Route du Rock 97 que j'ai chopé récemment à partir de la vidéo youtube suivante :
      http://www.youtube.com/watch?v=RVPhsH1BecI
      Cela dit, il est hâché par les petits entretiens avec E et ses copains face caméra.

      Supprimer
    13. tu m'étonnes, je pense qu'il doit avoir trop honte de ce disque pour en parler dans son autobiographie...
      Ah cette video, à l'époque je l'avais par miracle enregistrée sur VHS! je dois toujours l'avoir dans un coin. c'est un live génial!
      Sinon je me suis apercu que j'avais des tonnes de Live de Eels qui dormaient sur mon disque dur, dont le live at Reading 1997. Mais en mpga, il faut que je trouve le moyen de le convertir.

      Supprimer
    14. dont la setlist comprend "a Most unpleasant Man" et "Looking Out the Window with a blue hat on" pour reparler du sujet de cet article...

      Supprimer
    15. Marrant, j'ai cherché (en vain) ce fameux live à Reading 1997 hier, après que tu aies évoqué des lives de Eels période Beautiful Freak. Je me suis en effet rendu compte que je n'en avais aucun, à part celui à la RdR.

      Supprimer
    16. Il fut une époque où je téléchargeais pas mal de Live sur emule. Quand j'ai changé de PC, je n'ai jamais réussi à reconfigurer le logiciel pour trouver ce genre de trucs. De toutes manières je me suis rendu compte que je n'écoutais pas le dixième de ce que je stoquais donc j'ai laissé tomber. Pour Eels, il y a eu aussi un fanatique qui avait ouvert un blog où l'on pouvait télécharger des dizaines et des dizaines de concert. J'ai eu le temps d'en prendre pas mal avant que le site ne sois interdit (quelques semaines après son ouverture...)
      La plupart des live de 97 (et avant) ont un son assez médiocre, mais il y a des versions terribles des chansons de Beautiful Freak. Bon aujourd'hui je n'arrive plus trop à écouter ces bootlegs au son crados où l'on entend vachement le public, contrairement à l'époque où je m'en régalais....

      Supprimer
    17. On a tous eu cette période d'excès dans le téléchargement je pense. Cela dit, un live de Eels période Beautiful Freak, c'est indispensable pour tout fan =)

      Supprimer
  4. Wow je le connaissais pas du tout ce "Bad Dude In Love", merci.

    "Hello Cruel World" faisait partie du live à la Route du Rock 97 qui m'a fait découvrir le groupe (et que je n'ai réentendu sur disque que bien des années plus tard). Quant à "A Most Unpleasant Man" c'est aussi ma préférée de ce deuxième opus ("My Old Raincoat" serait vraiment classe sans l'instrumentation datée). Sur le premier j'ai un faible pour "You'll Be The Scarecrow" et "The Day I Wrote You Off".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je partage ton avis sur My Old Raincoat, daté mais addictif néanmoins.

      Supprimer
  5. Hello El Norton, si tu cherches toujours le live de Reading en 97, je peux te faire un lien !
    De plus, bravo pour ton chouette blog :-))

    DamNed

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je le cherche toujours, en effet, et suis donc preneur d'un lien =)

      Supprimer
  6. http://www42.zippyshare.com/v/25777618/file.html
    soit 14 titres au festival de Reading, + 5 à Shepherd Bush, même année, provenance oubliée
    Bonne et belle journée !
    DamNed

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci infiniment, j'écouterai ça rapidement. Ca fait longtemps que je le cherchais en plus ;)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire