[Live Review] Michel Cloup Duo - Antipode

La Route du Rock est un festival un peu spécial pour moi. Un festoche auquel j'aimerais assister tous les ans, mais, manque de bol, au mois d'août, je bosse souvent. Et souvent à l'étranger. Et donc, depuis 2010, la Route du Rock me passait sous le nez.

Si la Route du Rock se refuse à moi, j'irais à elle. Ou plutôt, je suis bien content qu'elle se rapproche de moi et fasse escale à Rennes. Alors certes, ce n'est pas la "vraie" Route du Rock, c'est l'édition hivernale, mais bon, faute de grives, on mange des merles.



Et puis surtout, il y avait Michel Cloup Duo. Je ne savais pas trop quoi en attendre sur scène, et pour être honnête, si je n'avais pas bossé tard le soir deux jours plus tard, je crois que j'aurais privilégié la piste malouine pour voir Thee Silver Mount Zion Memorial Orchestra.

Pas que j'ai préféré le dernier album des Canadiens à l'excellent Minuit Dans Tes Bras, c'est même l'inverse, mais en live, les arrangements délicieux de la bande menée par Efrim Menuck me tentaient bien.

Ce concert était aussi le premier auquel je me rendais seul. Une démarche particulière que j'ai finalement appréciée pendant les concerts (idéal pour se plonger dans l'univers sans se sentir obligé de partager ses impressions après chaque morceau) mais bon, entre les lives, c'est sûr que ce debriefing me manquait.

Avant de revenir sur le concert, un petit mot sur un Michel Cloup très accessible, qui vient se poser dehors avec la vingtaine de personnes attendant l'ouverture des portes. Personne n'ose déranger le toulousain, évidemment, qui vend lui-même ses disques à l'issue du concert, et a l'air hyper accessible. Même si je mourais d'envie de lui parler de son dernier disque que j'ai apprécié, je me dégonfle et ne lui touche pas le moindre mot. Pas envie de le déranger.

Quant au live en lui-même, il fut de très bonne facture. Patrice Cartier assurant la partie batterie avec beaucoup de justesse, Michel Cloup jonglant entre boucles, guitare et voix avec brio.

Pour mon plus grand plaisir, c'est l'essentiel de Minuit Dans Tes Bras qui est joué. Je ne me rappelle plus de l'ordre exact, mais Minuit Dans Tes Bras, J'Ai Peur De Nous et Ma Vieille Cicatrice, trois de mes morceaux préférés, sont joués en début de set. Je suis rarement déçu en live par les morceaux que j'adore et je re-découvre réellement Ma Vieille Cicatrice, alors que J'Ai Peur De Nous, morceau auquel j'avais déjà consacré un article ici-même, prend une dimension encore plus menaçante sur scène.

Seul Coma (me semble-t-il, car il y a un morceau que je n'ai pas identifié) passe à la trappe. Minuit Dans Tes Bras, pt 2 est joué malgré l'absence de Françoise Lebrun dont le passage vocal est samplé. Le morceau s'étire, lui qui s'étale déjà sur 12 minutes en version studio. A mon avis, les seules longueurs du live (et d'ailleurs du disque), tandis que Sortir, Boire Et Tomber, qui n'était pas le morceau qui me convainquait le plus sur album, me semble plus direct et efficace sur scène. Pour introduire Nous Vieillirons Ensemble, Michel Cloup lance une vanne sur les chansons d'amour que les jeunes aiment, ce à quoi un type lui renvoie qu'il n'y a de toute façon pas de jeune dans la salle. Pas faux, je fais clairement partie des plus jeunes d'un public dont les moins âgés préparent pour la plupart le deuil de leur trentaine. Le morceau, Nous Vieillirons Ensemble, est un délice hypnotique en adéquation avec ce qu'on trouve sur Minuit Dans Tes Bras.

J'avais lu, sur certaines reviews, l'agacement de personnes regrettant, sur d'autres prestations, que le duo fasse trop appel aux boucles et reste parfois sans rien faire. Je ne partage pas cet avis, déjà, car ces mêmes boucles permettent de donner davantage de relief et de subtilité aux compos, et puis surtout, ces moments d'inactivité apparente sont quand même rares et ne s'éternisent pas. J'ai du mal à comprendre qu'on puisse faire ce type de reproches sur des séquences qui ne durent que quelques secondes à un duo qui joue vraiment le jeu et s'arrache le reste du temps, alors que pour des artistes électros jonglant seulement de temps à autre sur leur macbook, on fasse fi de ce type de considération.

En bref, j'étais vraiment ravi de ce concert, à peine déçu par le fait qu'il ait ouvert le bal, car ensuite, Petit Fantôme était sympathique, sans guère plus, malgré un morceau introductif me faisant penser à Air et espérer le meilleur. Crystal Stits par contre, non, ce n'était pas pour moi. Trop de reverb', des morceaux qui se ressemblent, peu d'intensité, un mal de dos. Bref, je suis parti aux deux tiers du live sans demander mon reste. 

Quand je mange, ce n'est pas l'entrée que je préfère, plutôt le plat de résistance, voire le dessert. J'aurais préféré voir Michel Cloup en plat principal plutôt qu'en ouverture, mais bon, ça reste de l'ordre du détail.

Commentaires