Alpaca Sports - Sealed With A Kiss

Jolie découverte ce matin, avec Alpaca Sports et leur premier album. Sans m'attarder trop dessus (car peu de temps à consacrer à ce blog en ce moment), je vais essayer de vous inciter à l'écouter malgré tout...

Bon, déjà, de qui s'agit-il ? De dix musiciens suédois basés à Göteborg.
Dans quelle registre évoluent-ils ? Pop, clairement. Après, pop orchestrale, twee pop, pop indé...

Ca ressemble à quoi de connu ? Les fantômes de Divine Comedy et Belle & Sebastian apparaissent ici et là (pas besoin de poser la question de savoir si c'est bon signe ou non).

Elles sont bien gentilles ces influences, mais est-ce que c'est rétro ? Et non, justement. Sans avoir recours à un quelconque artifice afin de sonner à la mode 2014 (ce qui tendrait à rendre ce disque inaudible dans 3-4 ans car déjà "daté"), celui-ci a vraiment une vraie personnalité et a su digérer ses diverses influences pour former un tout bien distinct de celles-ci.

Écouter de la pop en 2014, c'est pas has been ? Tout n'a pas déjà été fait dans le domaine ? Peut-être, peut-être pas, j'en sais rien. C'est pas le genre de questions que je me pose (en fait, si, puisque je fais les questions et les réponses). La seule chose dont je suis sûr, c'est que Sealed With A Kiss, à l'image de sa pochette (qui elle me fait penser à Daisies of the Galaxy) est un disque efficace, lumineux, agréable, idéal pour rentrer dans le Printemps. Et sur lequel je reviendrai, j'en suis certain. D'ailleurs, ça me donne envie de fouiller de plus en plus vers ce type de mouvance.


L'album en entier ? Ca s'écoute ici.

Commentaires

  1. Ah merdum je ne sais pas quoi en penser. Si je m'arrête à la pochette, j'ai envie de ranger les Posca dans le tiroir et de rester au noir et blanc. Si je m'arrête au visuel du groupe, j'ai envie de tirer les cheveux de la donzelle, de faire une crête au jeune homme et de raser le chien au passage. Si je m'arrête au clip, j'ai envie d'exploser l'intérieur mémé kitsch au lanceur paintball. MAIS. Après deux écoutes de ce titre, j'ai l'impression que je pourrais m'habituer à ce rayon de soleil si je veux me sortir de cette fin d'hiver grise et monotone. J'irai pas jusqu'à dire que je m’achèterai un canevas avec des chatons pour l'accrocher sur un mur du salon mais je pourrais m'y faire, à cette imagerie pop que je mets de côté d'habitude. Verdict après l'écoute de l'album. Si je survis!

    RépondreSupprimer
  2. J'adore cet album, j'adore cette pop, ce rayon de soleil qui me sort de la froideur cynique de l'hiver.

    RépondreSupprimer
  3. C'est tout à fait mon truc ça ! :) Sunshine pop en diable.
    Dans le même genre, Family Of The Year est génial :
    http://www.youtube.com/watch?v=HSUfKXeinwY
    Leurs albums sont excellents, surtout "Our Songbook"

    RépondreSupprimer
  4. Divine Comedy tu penses à quel titre de l'album ?... et surtout à quel titre de Divine Comedy parce que je vois vraiment pas le rapport comme ça à première écoute. Belle & Seb et la twee pop ça saute aux oreilles ça par contre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plus qu'en termes de son, c'est rythmiquement que cette comparaison s'est imposée à moi.
      Là, comme ça, je te dirais She'll Come Back For Indian Summer, et un Tonight We Fly, par exemple, si tu veux vraiment des titres.

      Supprimer
    2. Franchement même rythmiquement j'entends pas le lien. En plus la cavalcade de Tonight We Fly (beaucoup plus néo-classique) c'est plutôt une exception chez The Divine Comedy. Pour moi ce disque est plutôt un décalque de la twee pop Sarah Records, en particulier rythmiquement (Belle & Sebastian s'est bien abreuvé de tout ça d'ailleurs) et c'est assez typique sur ce titre...

      Supprimer
    3. J'ai peut-être tapé à côté alors. Ca faisait sens pour moi en tout cas, mais ça ne suffit sans doute pas, effectivement.

      Supprimer
  5. Ta description me fait envie, si j'arrive à le trouver...ça a l'air d'être tout ce que j'aime...;)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire