Les charmes de Buenos Aires (3/3)

Troisième et dernier volet de notre petit tour vers Buenos Aires. J'espère que vous passez un agréable voyage. Je n'ai pas trop d'imagination concernant les photos d'illustration de ces articles, elles concernent à chaque fois le quartier de la Boca, le plus pauvre et le plus dangereux de la ville, qui constitue néanmoins un passage obligé (mais uniquement en taxi, traverser le quartier à pied étant déconseillé) pour les touristes grâce à ses maisons colorées, ses danseurs (c'est ici qu'est né le tango) et la Bombonera, le stade de football de Boca Juniors, ancien club de Maradona.


Pas sûr qu'un seul des artistes que j'évoque soit originaire de ce quartier, mais ça me semblait être une belle illustration de la culture portègne présentée aux européens. Dans la démarche, je m'y reconnais. Bref, trêve de bla-bla, c'est de Moji Moji que l'on va parler aussi, et principalement de Toda Esta Naturaleza Es Impredecible, sorti en mars 2013.

Ici encore, on croise un artiste multi-instrumentiste en la personne de Lukas Page. Un type encore une fois discret, qui préfère passer du temps à fignoler ses compositions plutôt qu'à essayer de se faire connaître en diffusant sa musique correctement. Il faut donc aider ce type à avoir l'écho qu'il mérite tant son post-rock agrémenté de sonorités plus légères, presque enfantines parfois, a une identité propre qui se distingue de la mêlée.

Ecouter Toda Esta Naturaleza Es Impredecible sur Bandcamp.

Commentaires

  1. Il avait été proposé sur MST lors de sa sortie. J'avais bien aimé mais pas réécouté depuis.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire