mercredi 28 décembre 2016

Rattrapage 1 : Nick Cave & The Bad Seeds - Oh My Lord (2001) + Bob Dylan

Il y a quelques semaines (trop longtemps déjà, ça fait trois mois, preuve de ma lenteur à digérer certaines découvertes), je proposais une nouvelle rubrique, celle des rattrapages. Le principe ? Je choisis un artiste que j'estime énormément, mais dont je ne connais pas totalement la discographie pour de quelconques raisons. Je précise les disques de l'auteur qui me sont inconnus (ou mal-connus) et vous me conseillez celui ou ceux qu'il faut absolument écouter.

Pour étrenner cette catégorie, il fallait bien un artiste majuscule. Sans trop hésiter, je me suis rapidement tourné vers Nick Cave, dont j'ai bien apprécié le Skeleton Tree sorti cette année mais surtout le Push The Sky Away qui le précédait de trois ans, ces deux sorties étant les deux seules que j'ai pu découvrir "en temps réel".
Pour le reste, j'ai remonté la discographie de Nick Cave lorsque je me suis réellement intéressé à lui vers 2010. Je connaissais donc surtout Let Love In et The Boatman's Call, m'étant également arrêté sur d'autres disques que, faute de temps, je n'avais pu creuser davantage.

Sur vos conseils avisés, je me suis surtout attardé sur Murder Ballads et No More Shall We Part, ce qui correspondait de toute manière à ce que j'avais pu lire sur les sommets ignorés de ma part de sa discographie.

Je me suis longtemps demandé sur lequel de ces deux disques mon choix allait s'arrêter. J'ai longtemps cru que Murder Ballads aurait ma préférence, mais je crois finalement que le Nick Cave que je préfère, c'est celui qui vieillit. J'ai d'ailleurs été peu enthousiaste sur Tender Prey et From Here To Eternity. Et donc, mon choix s'est porté ici vers le plus récent de ses disques parmi les deux restants : No More Shall We Part, donc.

Ce disque sorti en 2001 est assez intriguant. Il fait partie de ces albums sur lesquels je trouve que près d'un morceau sur deux relève du chef-d'oeuvre. En gros, les pistes impaires (à l'exception de God Is In The House, piste 6). Il y en a plusieurs des albums comme ça, le dernier que j'évoquais était le Rose Kennedy de Biolay (avec les pistes paires pour le coup). Pas de hasard, il s'agit-là d'une volonté de l'artiste d'offrir des respirations à ses coups de génie. Et chez Nick Cave, contrairement à Biolay sur Rose Kennedy où les morceaux plus mineurs peuvent être plus décevants, même ce qui ne relève pas du chef-d'oeuvre est de haute volée. Cela offre donc quelque chose d'assez exceptionnel, malgré quelques gimmicks récurrents, comme cette façon de débuter tous les morceaux par une simple voix (avec parfois un très minimaliste fond musical) avant de dérouler un thème qui se répète à l'envi.

Mais comme sur ce blog, on s'arrête, tradition oblige, à chaque fois sur un titre plus que sur un disque (chose totalement contradictoire avec le principe de cette rubrique rattrapage), il a bien fallu faire une nouvelle sélection sur ce disque. Il s'agit d'un titre impair, forcément. Et il ne s'agit ni d'As I Sat Sadly By Her Side ni d'Hallelujah, choix qui auraient été trop évidents.

Je me suis finalement arrêté sur Oh My Lord. Clairement, il y a encore quelques années, jamais un tel titre ne m'aurait touché. Déjà, parce qu'il est très long (plus de sept minutes, mais l'Australien aime décliner ses titres sur le long terme, alors même qu'il ne les fait pas forcément évoluer particulièrement, du moins pas de façon massive, mais l'émotion qui s'en dégage l'épargne d'un tel besoin), mais surtout extrêmement lyrique. Et autant le dire franchement, avant, ça m'aurait lassé. Et laissé de marbre. Voire agacé. Le genre de piste que j'aurais zappée.

Mais désormais, non. Les goûts changent, et tant mieux. Il est parfois frustrant de ne plus retrouver le plaisir d'antan sur une piste jadis adorée. Mais la verve lyrique du chant de Nick Cave fait ici mouche, d'autant plus qu'il parvient à varier les registres, intégrant des nuances plus graves à sa palette, si bien qu'il semble parfois se répondre à lui-même dans une ambiance survoltée.

Surtout, instrumentalement, ce titre est tout simplement merveilleux. La rythmique enlevée contraste avec un piano d'abord délicat, qui sait se faire lui aussi plus puissant. Jamais Oh My Lord ne donne l'impression de faire du surplace comme peuvent parfois le faire les morceaux les plus faibles de l'Australien. La progression est permanente et le violon de Warren Ellis sur les parties qui pourraient correspondre aux refrains et ponts est tout simplement divine et renforce l'impression de puissance de l'ensemble.

Un grand titre pour un album que je considère désormais comme étant l'égal d'un The Boatman's Call. Il faut dire que lui aussi a été composé dans un contexte douloureux : Si The Boatman's Call était un album de deuil amoureux (faisant suite à la rupture avec PJ Harvey), No More Shall We Part est un disque de post-cure suite aux dépendances (drogue et alcool) de l'Australien. Et l'on pourrait prolonger l'analogie avec Skeleton Tree, disque de deuil familial (la mort de son fils). Comme si Nick Cave avait besoin d'aller mal pour pondre des chefs-d’œuvre...

 
 
Pour le prochain épisode, je m'intéresse à un récent Prix Nobel, Bob Dylan. Je cherche donc des conseils (avisés, forcément) concernant des disques à découvrir qui ne seraient pas :
- Bringing It All Back Home
- Highway 61 Revisited
- Blood On The Tracks
(je sens que je vais avoir droit à Blonde On Blonde).

21 commentaires:

  1. Beau morceau ! Faut vraiment que je m'écoute "No More...". Son chant est vraiment spécial dessus, je réitère y'a que sur Skeleton Tree qu'il chante comme ça. Content que Murder Ballads t'ait plu aussi !
    Pour Dylan :
    J'ai envie de tout te proposer mais je vais faire concis et intuitif avec des périodes très différentes : Freewheelin' Bob Dylan, Blonde On Blonde évidemment, Basement Tapes, Time Out Of Mind.

    (Si tu as le temps essaie aussi Another Side, The Times They Are A Changing, Desire, John Wesley Harding, Desire, Oh Mercy)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être en effet, pour l'analogie vocale entre Skeleton et No More. Mais sur Push The Sky, on n'en est pas très loin non plus.
      Merci pour les conseils sur Dylan.
      Dans quels registres lorgnent les albums que tu me conseilles le plus ?

      Supprimer
    2. Freewheelin c'est encore le folk des débuts mais il est assez pop aussi. Blonde plus psyché, folk-rock.les bassement tapes avec the band sont plus dans un genre d'americana lo-fi. Time Out of mind est un disque plus tardif, fais avec Lanois je crois (comme Oh Mercy) avec un peu de reggae, plein d'influences diverses.

      Supprimer
    3. Je suis désolé y'a plein de fautes de frappe, ça m'horripile mais c'est dû à mon téléphone à ma décharge ^^

      Supprimer
    4. T'inquiète pas pour l'orthographe, ton message est très compréhensible, et quelle plaie de devoir écrire via le téléphone...
      Freewhelin me tente bien, au regard de ta description, tout comme les Basement Tapes. A creuser !

      Supprimer
  2. Salut El Norton! Jer crois qu'Alexandre a tout dit et je suis d'accord avec lui. Après, le 1er volume des Bootlegs séries est top.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le conseil, j'ai encore tant à découvrir...

      Supprimer
  3. C'est pas moi qui vais te contredire pour le choix de Oh my Lord hein (cf le dernier jeu).
    Pour l'anecdote, au sujet du chant, il me semble que sur cet album il a commencé à chanter plus haut qu'il ne l'avait fait pendant les 30 années précédentes. A vérifier mais ça joue sur l'ambiance des titres.

    Sinon, parmi ses grands albums il ne faut pas négliger Henry's Dream et The Good Son qui comprend au moins 3 chansons fantastiques.
    Dans un registre plus sauvage [plus proche de Birthday Party donc] From Her To Eternity moi je l'aime beaucoup ainsi que "You're Funeral my trial" et "The First Born Is Dead".
    Son album de reprises vaut le détour aussi. Le premier album de Grinderman aussi d'ailleurs, le deuxième un peu moins.
    Je t'ai dit que j'étais un fan de NC ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Y'a de ça oui, c'est plus haut et du coup aussi plus fragile, moins assuré que dans ses graves habituels

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    4. Et bien merci pour tous ces conseils, je ne suis qu'au début de l'exploration de la carrière de Nick Cave, et mes récentes découvertes me poussent à approfondir la besogne. Tes conseils seront donc précieux !

      Supprimer
  4. Tout d'abord, je te souhaite une excellente année 2017 !!!
    "No More Shall We Part" est sans conteste MON album préféré de Nick Cave. Une oeuvre refermant d'immenses chansons très inspirées comme le zénith "Fifteen Feet Of Pure White Snow", morceau qui me fout la chair de poule à chaque fois. Ce chant, cette interprétation quasi théâtrale, cette construction alternant calme/montée, cette mélodie...cela relève du génie. C'est carrément une de ses chansons que je préfère !! Mais quel disque : "Hallelujah", "Oh My Lord"...Bref, un chef d'oeuvre inégalable.
    Mais avec ses Bad Seeds, il a réalisé tant de bons disques. Presque toute sa disco vaut le coup. Son dernier "Skeleton Tree" est carrément MON disque 2016 !!!
    Concernant Dylan, je ne suis pas un expert, je maîtrise très mal sa disco. Je ne peux que te conseiller ceux que je connais et que j'apprécie (en plus de ceux que tu as cité) : "Blonde On Blonde", "John Wesley Harding" et "The Basement Tapes". Voilà.
    A +

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A ce point là pour Skeleton Tree ? Je l'ai bien aimé, quelques très très grands moments, mais parfois aussi au bord du soporifique, j'ai trouvé.
      Merci pour tes conseils sur Dylan =)

      Supprimer
  5. Et si tu as l'occasion de lire ses chroniques autobiographiques (pour l'instant un seul volume) c'est un régal. Ses débuts folk à new York, son retrait de la vie publique (vers l'album new morning) et sa renaissance artistique (album Oh Mercy) tout ça mélangé au fil des pages, conté avec mille détails, depuis le froid mordant de Big Apple jusqu'à des personnages hauts en couleurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudra que je lise ça en effet, mais j'ai tendance à me dire que je préfère découvrir son oeuvre musicale dans un premier temps.

      Supprimer
    2. Tu en apprécieras davantage la lecture c'est sur ! Le livre est assez court et se lit très bien.

      Supprimer
  6. hello et bonne année 2017 el norton !

    No More Shall we part est devenu l'un de mes Nick Cave favori avec le temps... la plupart des chansons auraient pu être mises en avant, mais celle ci est superbe, je suis d'accord avec la description que tu en fais.

    concernant Bob Dylan, je ne te serais pas très utile, puisque je n'aime pas du tout ! ce qui est très surprenant, c'est qu'énormément d'artistes que j'adore ont repris Dylan, et que la plupart du temps j'adore ces reprises. Mais à chaque fois que j'ai tenté un album, j'y ai trouvé au mieux quelques titres superbes et le reste très ennuyeux. D'ailleurs j'avais procédé comme toi, en demandant à chacun de me citer un album indispensable, et j'ai eu des tas de réponses diverses, mais aucun ne m'a vraiment scotché. Le plus cité étant Blonde on Blonde, que j'ai pour le coup vraiment détesté, mis à part le magnifique morceau "I Want You".
    du coup si je devais en citer un, ce serait le Live at Budokan, qui peut faire office de Best of avec pas mal de grands (et beaux) classiques...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Xavier et bonne année à toi aussi !
      Pour Dylan, l'idée de commencer par ce live peut être intéressante, je note !
      Même constat que toi, pas mal d'artistes que j'apprécie ont repris Dylan. J'aime bien Highway, chez Dylan, donc je me dis que je ne suis sans doute pas fait pour être hostile à tout ce qu'il fait.
      Pour Nick Cave, No More Shall We Part s'invite de plus en plus dans mon top 3 du bougre. Rien que ça...

      Supprimer
  7. Tiens il m'emballe pas des masses ce No More Shall We Part, un peu linéaire je trouve. Dans ceux que tu connaissais pas avant cet exercice, j'aurais aussi dit Tender Prey (ne serait-ce que pour The Mercy Seat, wow) et Murder Ballads, mes préférés avec Let Love In.

    Pour Dylan, pas fan du tout mais je repêche souvent un truc mésestimé de lui qui est pas loin d'avoir ma préférence, la BO de Pat Garrett and Billy the Kid où il faisait également l'acteur et s'avérait très bon !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yep, Murder Ballads, je l'ai écouté aussi du coup, et beaucoup apprécié.
      Bien plus que Tender Prey d'ailleurs (même si j'adore The Mercy Seat, quel titre).
      Je suis étonné que tu ne trouves pas ton compte sur No More Shall, j'aurais justement pensé que cette facette de Nick Cave serait ta préférée, comme quoi...
      Ah oui, la BO de Pat Garrett & Billy The Kid fait partie des choses que j'ai déjà écoutées chez Dylan, et sans en garder de grand souvenir, je crois avoir apprécié.

      Supprimer