mardi 13 décembre 2016

A Perfect Week (2/7) : Dog Bless You - Mad (2012)



Afficher l'image d'origineDeuxième étape de cette semaine de grand jeu, sous le thème suivant : Introspection : La chanson parfaite que l’on écoute le mardi midi, lorsque l’on s’isole pendant la pause méridienne pour se retrouver avec soi-même.


Dog Bless You, j’en ai déjà parlé à plusieurs reprises sur ce blog, et il était logique que je le mentionne dans ce petit jeu, même si cela n’avait rien de calculé. Derrière celui qui avait pondu mon album favori de l’année 2012 (l’extraordinaire Ghosts & Friends) se cache Samuel Ricciuti, le fondateur du label Chez.Kito.Kat, qui est tout simplement ma plus belle découverte de ces dix dernières années (ce qui tombe plutôt bien, le label fêtant ce mois-ci ces dix ans, précisément, avec la sortie d’une géniale compilation). 

Je pourrais citer tous les artistes qui m’ont marqué et qui sont issus de ce catalogue, mais je ne pourrais jamais être exhaustif. Allez, tentons quand même la besogne : Shizuka, No Drum No Moog, Artaban, The Skans, Beat For Sale, Dr Geo, Komparce (soit Samuel Ricciuti avec Christophe Biache). Bref…

Et donc, Dog Bless You, avec Ghosts & Friends, sortait un album sensationnel, sur lequel figurait un titre intemporel qui m’a accompagné dans à peu près tous les road trip que j’ai effectué depuis, de l’Argentine à Bali, en passant par le Monténégro. Mad. Un morceau qui débute avec un sample de message d’accueil d’aéroport, pour se prolonger avec la voix de Wood, chanteur des excellents The Skans, dont on est sans nouvelle depuis bien trop longtemps.

Une voix masculine chaleureuse mais que l’on sent volontiers introspective (d’où le fait que je l’ai retenue ce jour-ci) en ce sens qu’en exposant ses propres tourments, l’auteur semble faire le point sur le stade où il en est dans la lutte face à ses démons. Ajoutez à cela des arrangements de cordes synthétiques (le violon de Carci, notamment), des détails digressifs électroniques, une rythmique discrète mais essentielle, et vous aurez une bonne idée de ce qui compose Mad.

Il vous manquera toutefois l’essentiel puisqu’il ne suffit pas de combiner différents éléments techniques pour aboutir à un bon morceau, encore moins à un titre marquant. Et c’est bien ce qu’est Mad. Le genre de compagnon de route, qui s’écoute impérativement lorsque l’on est seul avec soi-même (ce qui ne veut pas dire que l’on est seul, je me revois encore l’écouter dans l’avion auprès de mes proches, mais évidemment au casque, cette écoute étant difficile à partager).

Ni véritablement triste, ni particulièrement joyeux, Mad fait partie de ces titres insaisissables qui parviennent à s’imposer d’emblée comme d’évidents compagnons de vie. Ce que j’admire le plus sur ce titre, c’est probablement cette articulation entre ce côté hanté presque spleenesque et la force, la pulsion de vie qui s’en dégagent. C’est un titre labyrinthique (en à peine trois minutes, excusez du peu), que j’interprète volontiers comme les différentes phases d’une vie, les moments où tout s’accélère, ceux où les stand-by durent (trop/plus) longtemps, ceux où la vie semble être un cadeau permanent, ceux où elle se fait plus capricieuse… Et puis, Mad relance en permanence, sans en avoir l’air, la mécanique. La progression du titre est imparable et insaisissable.

Bref, un ovni qui s’écoute de manière individuelle. Non pas car il incarne un quelconque égocentrisme, mais parce qu’il y a des choses qui sont tellement profondes que, même avec les personnes qui comptent, elles sont presque indicibles. Et parvenir soi-même à les atteindre constitue déjà un effort conséquent. Mad est ce titre qui me permet d’amortir, en trois minutes seulement, un break, de le transformer en pause qui semble durer une heure.

28 commentaires:

  1. Grande découverte pour moi, GDT et le label..merci beaucoup, vais fouiller. En tout pour fouiller en dedans, c'est un super son qui creuse. Joli

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chaque fois que je peux faire découvrir Chez Kito Kat, ou Dog Bless You, c'est une journée de gagnée pour moi. C'est vraiment mon label préféré de la décennie.

      Supprimer
  2. Je ne connais pas, mais je vais partir en quête...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite pas à me dire ce que tu en as pensé !

      Supprimer
  3. Va falloir que j'y revienne sans les parasites extérieurs, voir si ça fonctionne sur moi. J'aurais bien besoin de cette "pause qui semble durer une heure"!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me diras si ça a fait effet sans les parasites alors =)

      Supprimer
  4. Merci pour cette belle découverte! Je n'ai fait qu'effleurer le label Chez.Kito.Kat car il y a tellement de choses, et j'avais zappé ce groupe... je vais y retourner dare-dare...;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce disque était tout simplement mon disque de l'année 2012. Dog Bless You c'est le patron du label en solo. Il a rien pondu (en solo) depuis. Mais ce disque est grand. TRES grand !
      Tu apprécies qui chez Chez Kito Kat ?

      Supprimer
    2. Alone with King Kong, Twin Pricks (dont j'avais déjà parlé ) , Dr Geo, les dernières sorties plus techno de cet été (les noms m'échappent. ..)...Je n'ai pas encore écouté le reste du catalogue. ..;)

      Supprimer
    3. Ah oui, tu as surtout exploré le versant 'pop' du label.
      Ils sortent une compilation extra ce mois-ci, retraçant leurs dix ans d'histoire. J'en ai fait une chronique ce matin même par ici : http://www.indierockmag.com/article28263.html
      Des noms comme Shizuka, No Drum No Moog, Artaban, Det90... pourraient bien te plaire, toi qui aime ce qui est Warpien. Sh'napan ou Cyclorama aussi d'ailleurs. Et Millimetrik. Bref, je m'arrête là.

      Supprimer
    4. J'ai un album de No Drum No Moog. ..les ai ratés en concert y'a pas longtemps d'ailleurs. ..

      Supprimer
  5. Je découvre également, et j'aime bien le côté industriel de la prod dans lequel des éléments plus organiques survivent à peine, et qui semble oppresser cette voix humaine très introspective en effet. On sent bien le côté "seul dans sa tête, oppressé par le monde extérieur". C'est une bonne chanson, pas de doutes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une GRANDE chanson ! (je suis pas objectif, je sais, mais j'adore tellement. Et ce titre m'a accompagné durant tellement de pauses méditatives).

      Supprimer
    2. J'irais pas jusque là mais je respecte ;)

      Supprimer
  6. Je connaissais pas mais j'aime bien les Kit-Kat.
    La voix me rappelle quelqu'un mais qui ... le mec de Blur ?
    Assez envoûtant, quelques nappes synthétiques de trop peut-être, mais le genre à remplir son rôle, celui que tu lui assignes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas très fan des Kit Kat pour ma part =)
      Le mec de Blur ? Peut-être. Ca me frappe pas, mais je comprends qu'on puisse percevoir ça.

      Supprimer
    2. Peut-être un peu de Damon Albarn dans la façon de laisser trainer la voix. Ca m'y fait penser un peu aussi.

      Supprimer
  7. Parfait pour moi, je décolle de suite.

    RépondreSupprimer
  8. Je te savais grand fan du label Chez.Kito.Kat.
    Perso, je connais très mal leurs prod' mais ce titre, tout comme l'album "Ghosts & Friends" de Dog Bless You (écouter via Bandcamp) est très intéressant, me donne envie de découvrir.
    Moi aussi, le Trip Hop/Abstract Hip Hop...a été un style qui m'a offert nombre de titres parfait à l'introspection.
    A +

    RépondreSupprimer
  9. Ca fonctionne pour moi aussi ! Cette orchestration ambient à la Eno j'adhère entierement !
    Dommage, en ce moment je suis débordé de boulot, ça va être dure de trouver un moment pour aller fouiner sur ce label, masi je garde ça dans un coin de ma tête ;)

    RépondreSupprimer
  10. Chouette, mais sans la voix du type c'était mieux, ça rend le truc maniéré alors que l'instrus est archi-bonnarde !

    RépondreSupprimer
  11. J'écoute en même temps que j'écris. Je suis bluffé, ça me plait ce truc, tiens il est fini je le remets.
    Je connaissais pas du tout, ni Kito.Kat ni God Bless You. Plus facile à ingérer que GodSpeedYou. Découverte à noter sur ma liste.
    Ah tiens, penser à créer ma liste de découvertes.

    RépondreSupprimer
  12. Ce que c"est que d"être à la bourre, une option ici car j'ai la sensation que c'est l"arbre qui cache la Forêt

    RépondreSupprimer
  13. Curieusement,je trouve que le titre crée une belle ambiance mais que la longueur du titre fait qu'il s'arrête trop vite. On a envie que ça continue. Une sensation assez frustrante. Une vraiment belle atmosphère.
    Du coup, j'ai réussi à le dénicher en mp3...

    RépondreSupprimer
  14. Juste remarquable, super prod, créativité, électro pas de bazar frimeuse, l'heure de pousser plus loin la découverte a sonné...
    merci.
    j'suis à la bourre d'écoutes, de comms, etc... c'était à prévoir...
    pff...
    mais là, c'est entré dans la case favoris et je vais creuser.

    RépondreSupprimer
  15. Je fini ici, avec un démarrage Nick Cave, j'ai pratiquement su faire ma compil du mardi, manque plus que ce titre... voyons voir Soulseek. Bien placé, tuas raison, pas mélancolique, comme un moment de pause, tiens, un peu comme immobile dans un véhicule qui avance, je pensais à ton évocation de l'avion

    RépondreSupprimer
  16. sans détester, je ne suis pas hyper emballé par la chanson. Par contre je reconnais qu'elle colle parfaitement au thème !

    RépondreSupprimer