Benjamin Biolay - De Beaux Souvenirs (2007)

Non, non, ce n'est pas encore le blog de Benjamin Biolay. Mais ça y ressemble, je l'entends bien. Après avoir parlé récemment de Los Angeles, titre paru sur Rose Kennedy, et de Laisse Aboyer Les Chiens, sur Trash Yéyé, voilà que je m'intéresse au morceau qui suit ce dernier sur ce même album : De Beaux Souvenirs.

De Beaux Souvenirs vient même clore Trash Yéyé, sommet inégalable de l'artiste. Pourquoi s'attarder sur un nouveau titre de Biolay ? Tout simplement car avant de le voir en live la semaine prochaine (j'ai rarement autant attendu un concert ces dernières années...), je me refais toute sa discographie (je réessaierai peut-être même Vengeance, c'est dire) dans l'ordre. Après avoir réévalué à la hausse A L'Origine, rempli de morceaux à la grâce évidente, j'en arrive donc à mon disque préféré, et je me surprends à "bugger" sur un titre qui n'est pas le plus beau produit par Biolay, loin de là, sur le plan instrumental, et qui n'est même pas celui dont les textes sont forcément les plus inspirés.

Pourquoi s'attarder dessus alors ? Parce qu'il a quelque chose qui relève de l'évidence, de l'honnêteté, de l'authenticité. Une véritable osmose se dégage de la coordination entre les paroles et la musique. La mélodie est plutôt simpliste (pour du Biolay) bien qu'apparaissent en arrière-plan de beaux arrangements de cordes comme il en a décidément l'habitude, mais le chant en contre-point est assez fabuleux et souvent même transcendant. Et puis, ces paroles vont droit au coeur. Biolay ne cherche pas à multiplier métaphores ou sens cachés. Il est direct. Percutant. Au risque d'être naïf ("de beaux souvenirs, le 10 mai 1981", mais Biolay a bien signé la pétition 'anti-Hollande bashing', autant dire que la gauche qui applique une politique rigoureuse [qui a dit de droite ?] ça ne l'effraie pas trop), mais également tellement juste et pertinent, nous lâchant une missive telle que "Plutôt crever que mourir sans de beaux souvenirs" que l'on pourrait analyser pendant des heures et qui ferait un formidable sujet d'étude philosophique.

Parfois, il n'y a pas besoin d'être fondamentalement novateur pour être pertinent.


Commentaires

  1. Comme c'est bien dit. ..
    On reste sur "notre " album préfere, d'ailleurs tu aurais pu choisir n'importe quel titre, non ? :)
    Quant à "Vengeance " je ne sais pas ou plus ce que tu lui reproche mais il y a quelques beaux titres tout de même. ..
    Bon concert !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, oui, à peu près tous les titres de Trash Yéyé auraient eu leur place ici...
      Pour Vengeance, moins d'inspiration, moins de travail sur les arrangements, trop de duos, et un côté "soupe au lait" qui le rend assez dénué d'intérêt au regard du reste de la disco de BB, je trouve.

      Supprimer
  2. Et le disque de reprises de Trenet tu en penses quoi par curiosité ?
    J'aime beaucoup à l'origine, content que tu le réévalues. et je connais assez peu trash yéyé, faut que je me le refasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jamais écouté pour être honnête. Je rate quelque chose ?
      Faudra me motiver, car Trenet ça m'inspire pas des masses.

      Supprimer
    2. Je ne sais pas, jamais écouté non plus, j'espérais que tu me motiverais à le faire ;)

      Supprimer
    3. Il est léger, pas désagréable mais rien de bien fameux non plus, meilleur que Vengeance ceci dit.

      Supprimer
    4. Alexandre, le premier qui l'écoute dit à l'autre ce qu'il en pense =)
      Rabbit, pas sûr que Biolay puisse faire pire que Vengeance, cela dit =)

      Supprimer
    5. D'accord avec Rabbit, léger et pas désagréable c'est exactement ça, de la chanson française jazzy exécutée avec une certaine classe mais sans vraie vision.

      Supprimer
    6. Mouais, dispensable, pas sûr que je m'arrête dessus, donc.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire