The Flaming Lips - Ther Should Be Unicorns (2017)

Plusieurs semaines après la sortie d'Oczy Modly, le nouvel album des Flaming Lips, je ne sais toujours pas quoi en penser. Étonnant s'agissant de l'un des groupes qui s'est affirmé comme étant un compagnon de chevet au fil des années.

Étonnant en ce sens que, dès lors que j'éprouve de la passion pour un groupe, il est rare que ses sorties me laissent de marbre. Soit je suis très laudatif, la dernière parution confirmant mon admiration pour l'artiste, soit je suis volontiers critique, regrettant que la formation chérie n'atteigne pas les sommets auparavant rencontrés.

Oczy Modly est en ce sens une énigme. Un disque qui comporte trop de temps faibles pour être aussi indispensable que les chefs-d'oeuvre tel que le sommet Yoshimi, mais bien trop de titres rayonnants et admirablement construits pour être renié.

Avec How?, Sunrise ou The Castle, There Should Be Unicorns fait donc partie de ces derniers. Les percussions minimalistes synthétiques côtoient des lignes psychédéliques immatérielles et immuables qui assurent tout l'intérêt d'un titre hanté par le chant pas si nonchalant qu'il n'y paraît de Wayne Coyne.

Le psychédélisme à l'état pur, hanté ici-là par quelques discrets similis de bombardements en arrière-plan et un spoken word poétique. Loin d'être de la guimauve, ce titre est néanmoins délibérément sucré et onirique, rappelant en ce sens l'excellent prédécesseur de Oczy Modly, le sous-estimé The Terror.

Pour ma part, des licornes de ce calibre, j'en redemande...

Commentaires

  1. The Terror était du niveau de leurs meilleurs selon moi, dans un style différent. Celui ci est plus tranquille dans le sens ambient, sans que ça n'enlève rien au disque (comme tu le dis derrière une nonchalance feinte se cache une vraie intensité). Du coup l'ensemble est plus méditatif, plus lent, presque apaisé (même si un peu angoissé quand même), on a moins de temps forts mais à mon sens on n'a pas de temps "faibles" non plus, justes des pauses, avec un rendu plus aérien.... C'est une différence de tempo, de feeling qui fait que (je suis d'accord avec toi) le disque est difficile à appréhender, j'aurais dû mal à lui reprocher quoi que ce soit et je le défendrais volontiers mais je n'irais pas crier partout que c'est mon Lips préféré.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire