The Jesus And Mary Chain - Drop (1989)

Je découvre très tardivement The Jesus And Mary Chain, tenté que je suis d'en savoir plus sur un groupe qui a compté dans le mouvement shoegaze (dont j'adore les dignes représentants que sont Ride, Slowdive ou My Bloody Valentine) et qui sera à l'affiche de la prochaine édition estivale de La Route du Rock.

Faute de disponibilité à la médiathèque, je n'ai pas commencé ma découverte avec les deux premiers disques, considérés comme les meilleurs, que sont Psychocandy et Darklands, mais par le troisième, Automatic, qui serait plus mineur (ce que mon écoute tend à confirmer, bien qu'il ne soit pas dénué d'un charme vintage).

Je ne pense pas que j'aurais consacré un article (et encore, celui-ci sera plutôt court) à ce disque, ni même à aucun de ses représentants, si je n'avais pas été interloqué par la ligne de guitare de ce Drop, avant-dernier morceau d'Automatic.

Suis-je le seul à y voir la quasi-exacte reproduction du Creep de Radiohead ? Ou plutôt, ce disque étant sorti en 1989, les Oxfordiens n'auraient-ils pas pompé la ligne de leur single initial sur un morceau mineur (car oui, ce Drop sonne très scolaire et inachevé) d'un disque mineur ?

Possible, mais qu'importe. Autant suis-je un fan absolu de Radiohead, autant je suis toujours ravi de pouvoir descendre Creep, qui n'est pas grand chose au sein de leur discographie si fascinante.

Et quand bien même ils auraient pompé cette ligne de guitare, il faut leur reconnaître - même si je n'aime pas vraiment Creep, quitte à me répéter - les paroles et le chant tourmenté de Thom Yorke, une tension sous-jacente qui n'apparaît jamais sur ce Drop qui ne décolle pas, et l'ingéniosité du riff électrique de Jonny Greenwood.

En bref, même dans ses mauvais moments, Radiohead surclasse ses aînés. Et même lorsque je consacre un article à un morceau signé par un autre groupe, je parviens à parler de mon quintet préféré...


Commentaires

  1. Haha ! J'avoue mal connaitre Automatic, en revanche Psychocandy est au moins aussi important que n'importe quel Radiohead pour moi, et Darklands et Munki s'en sortent très bien.
    Pas sur que ce soit vraiment shoegaze J&MC, c'est un peu un abus de langage, le groupe étant assez inclassable (trop tard pour le post-punk trop tôt et trop radical pour la britpop)

    RépondreSupprimer
  2. oui, effectivement c'est assez proche, surtout les versions acoustiques de "Creep", sauf que le morceau de Radiohead est sur 4 accords différents, alors que sur celui ci le 1er et le 4eme sont identiques. en revanche la rythmique est presque pareille. Bon sur ce genre de titres très simples ca peut être un hasard complet, mais les jeunes radiohead ayant surement écouté les Jesus, on ne le saura jamais...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est là que je vois que mes compétences techniques sont trop limitées, et que je souffre du fait de ne pas être musicien à part les quelques gratouilles que j'inflige à mes voisins... Pas été capable de percevoir le fait que la gamme d'accords variait.
      Comme tu dis, ça peut être le hasard... ou pas.

      Supprimer
    2. Si ça peut te consoler Brian Eno se dit "non-musicien". Moi ça me suffit ;)

      Supprimer
  3. C'est marrant, moi qui suis fan autant de Radiohead que de Jesus And Mary Chain, je n'avais jamais capté le parallèle entre ces deux morceaux. Hasard ? Coïncidence ?? Je ne sais pas. Mais comme dis si bien Xavier, le quintet d'Oxford a surement pas mal écouté les écossais.
    Perso, je considère "Psychocandy" et "Darklands" comme des disques essentiels du futurs mouvement Shoegaze ou Noisy-pop.
    "...Psychocandy fut le ground zero du Shoegaze...C’est certainement l’album que tous les groupes Shoegaze ont écouté avant de décider de se former." Cette affirmation n'est pas de moi mais du célèbre producteur Alan Moulder.
    J'adore les titres plus planants de J&MC comme "Darklands" ou "Just Like Honey".
    Je n'ai pas encore découvert leur tout nouvel album, celui du retour.
    A +

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire