The Velvet Underground - Sunday Morning (1967)

Pas de grand article puisque, après tout, il n'y a rien dire de plus. Et qu'il n'y a pas besoin de décrire un disque - et un titre - que tout le monde connaît.

Mais quand même... Je n'ai découvert (réellement) le Velvet qu'assez tardivement, disons il y a 7-8 ans, ai-je au moins l'excuse de mon âge ? Pas sûr et ce d'autant plus que je n'ai même pas eu le temps d'être fan avant 2013, n'étant pas plus attristé que cela par le décès de Lou Reed - dont il me reste encore bien des disques à découvrir - en octobre de cette année post-olympique. Mais Sunday Morning aura toujours un rapport particulier pour moi.

C'est en effet l'un des rares titres que je connaissais avant d'accrocher au groupe. Et c'est sans doute à peu près le seul titre qui est considéré comme "le" plus connu d'un groupe que je n'ai réellement apprécié que lorsque je suis devenu fan du groupe.

J'ai peur de ne pas être clair. Comprenez par là que, bien souvent, lorsque l'on ne connaît que quelques titres d'un groupe et que l'on se décide à gratter plus profondément leur discographie, il y a deux alternatives (au moins, mais caricaturons, et j'aime beaucoup le concept de l'exagération pour éclairer certains phénomènes) : ou l'on aime au point de devenir fan et l'on rejette bien souvent les titres "mainstream" qui nous ont servi de porte d'entrée (le fan de Radiohead que je suis n'aime pas Creep, par exemple) ou l'on n'accroche pas plus que cela au groupe, et l'on s'en tient à leurs tubes, à défaut d'oublier purement cet artiste.

Mais le Velvet, non. J'aimais bien - sans plus - Sunday Morning. Aujourd'hui, alors que je connais bien plus largement leur discographie, je n'ai jamais rien trouvé d'égal à ce titre. J'adore évidemment Pale Blue Eyes, I'll Be Your Mirror ou Candy Says, et bien d'autres morceaux, mais rien de comparable à l'attrait que j'ai pour le chant indescriptible de Lou Reed sur Sunday Morning. Et cette ritournelle pleine de fausse candeur est tout simplement sans égale.

Je ne suis pas certain que beaucoup de titres dont on parle aujourd'hui auront toujours un écho dans cinquante ans. C'est pourtant le cas de ce morceau - et de ce disque - dont on fêtait la moitié du siècle d'existence la semaine passée...

Commentaires

  1. Un titre plutôt pop par rapport au reste de l'album. ..Un de mes préférés également. ..;)

    RépondreSupprimer
  2. On pourrait préciser que cette chanson avait été initialement prévue pour être chantée par Nico (c'est d'ailleurs elle qui la chantait en concert avant l'enregistrement de l'album).
    Ce qui est un peu étrange, c'est que tu ne cites que des chansons "douces"; tu n'apprécies pas le reste?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh que si, j'adore le reste. Il n'y a vraiment rien que je jette dans le Velvet =)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire