MGMT - Brian Eno (2010)

A l'instar du bonhomme figurant sur la pochette de Congratulations, les New Yorkais de MGMT surfent en 2010. Ils surfent sur la vague, que dis-je, la déferlante, que constituait Oracular Spectacular, un premier album dont se sont emparés les médias, retenant essentiellement les tubes Kids, Time To Pretend ou encore (mon préféré) Electric Feel.

A la fin de la première décennie du millénaire, Oracular Spectacular s'imposait comme une évidence. En 2007, en seulement 40 minutes, un duo d'Américain s'affichait à moitié à poil et renouvelait, l'air de rien, la pop psychédélique en introduisant une bonne dose de fraîcheur et d'ironie, caractérisés par ces voix entremêlées (le chant principal d'Andrew VanWyngarden et les choeurs assurés par l'acolyte Ben Goldwasser), et l'utilisation, remise au goût du jour, de synthés qui ne sonnent jamais has been, mais prennent un malin plaisir à se rapprocher de la frontière entre ce qui peut décemment être accepté - ou non - sur un disque de pop/rock psychédélique.

Sur la tournée leur permettant de défendre un album au succès inattendu - du moins dans ces proportions - les New Yorkais sont lessivés. Ils rencontrent néanmoins Peter Kember, des excellents Spacemen 3, qui deviendra le producteur de leur second opus, Congratulations (tandis que Dave Fridmann, l'ex-bassiste de Mercury Rev, et producteur, notamment, des Flaming Lips, Sparklehorse, Mogwai ou Low, est de nouveau de la partie après avoir produit le premier album du groupe). On peut aimer ou non cet opus - beaucoup l'ont d'ailleurs rejeté, prenant l'absence de single imparable pour une baisse d'inspiration - mais il est impossible de reprocher aux Américains un quelconque manque de courage ou d'authenticité.

En effet, avec Congratulations, les deux artistes choisissent d'enlever leur doigt de l'engrenage commercial. Ils font alors ce qui leur plaît, sans contrainte des retombées financières. L'album est moins immédiat que son prédécesseur, sans perdre pour autant sa fraîcheur pop, son énergie et son enthousiasme. Au final, je suis bien embêté pour dire lequel des deux opus je préfère, mais il est un titre qui me plaît particulièrement sur Congratulations. Il s'agit de Brian Eno.

Foutraque, dynamique, inspiré mélodiquement, ce morceau contient tout ce qui fait le sel des grands tubes psychédéliques. Ne lui manque peut-être qu'un certain aspect putassier lui permettant de s'inviter sur les bandes FM - qu'on squatte rarement lorsqu'on ne les drague pas. Qu'importe, je ne boude pas mon plaisir. La place de ce titre sur cet album est également particulière, puisqu'il suit immédiatement Siberian Breaks, sorte de pivot du disque s'étalant sur douze minutes, avec plusieurs parties bien distinctes - ils ont essayé de nous faire le coup de Paranoid Android, mais en too much - avec une première bien dispensable, une deuxième plutôt agréable mais sans réel lien avec la première, et une dernière très bien sentie qui, après avoir fait traîner les choses, prépare le terrain de la plus belle des manières pour l'immédiateté de Brian Eno.

Trois ans plus tard, avec un MGMT éponyme, le duo continue de faire ce qui lui plaît en ne cherchant pas à séduire les radios internationales, mais avec moins de brio, d'entrain, et d'à propos. Calibré pour l'instant sur une sortie tous les trois ans, j'attends quand même avec intérêt le cru 2016 de MGMT.

Commentaires

  1. Longtemps que je ne l'ai pas écouté. Je n'ai jamais eu une relation très intime (je serais infoutue de dire quels titres j'aime ni de mettre un nom à une chanson) avec le disque mais l'écoute de ce Brian Eno m'en redonne envie. Cet album a une belle unioté de style et surtout sonne très début des 80's (un côté tres Television Personalities), un peu foutraque qui était, je trouve, plutôt courageux de leur part, au lieu de faire un disque bis.

    Je crois qu'à l'époque ils ont fait un truc qu'avec des reprises et j'ai découvert qu'ils avaient des goûts forts proche des miens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je connais très mal Television Personalities, je ne peux donc pas vraiment juger de la comparaison, mais il est effectivement certain que la démarche de MGMT sur cet album était courageuse.
      Je ne connais pas (et je n'ai pas réussi à le trouver) leur sortie à base de reprises. Je serais curieux de savoir de quoi il s'agit.

      Supprimer
    2. Un peu tard : leur compile Late Night Tales non ?

      Supprimer
    3. Et bien si, en effet, un titre de Television Personalities figure bien sur leur Late Night Tales. Je m'en vais écouter ça (enfin dès lors que j'en aurais fini d'écouter autre chose que Bowie).

      Supprimer
  2. Comme Audrey, peut-être même encore plus distant. je n'ai pas eu l'occasion de participer à un engouement particulier, il existait, je l'ai vu de loin l'enthousiasme du moment mais je ne l'ai pas saisi. Manque de véritable opportunité. Sauf que ta présentation plus les quelques titres évoqués ("Electric Feel", "Siberian Breaks" & donc "Brian Eno") fera l'opportunité qui me manquait. Pendant que je te lisais j'écoutais "It S Working" et me disait, qu'est ce que ça ressemble à la frappe des Flaming Lips (pas par hasard) mais je croyais que Brain Eno avait produit l'album, quiproquo, et je trouvais le style peu Eno, c'est pendant la lecture que je comprends que c'est un titre et quel titre, quel hommage. J'ai été voir les paroles et franchement... Je n'ai pas perdu mon temps sur ton post. Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il y a quelque chose des Flaming Lips (la dimension psychédélique aidant) dans les compos de MGMT.
      Tant mieux si ce modeste post a réussi à te convaincre de revenir vers ce groupe, ou cet album, ou... qu'importe.
      Ces petits textes que j'écris ici n'ont pas d'autres buts, tant mieux si ils arrivent de temps en temps à atteindre leur objectif =)

      Supprimer
  3. J'ai réécouté 2-3 fois l'album pour l'occasion, ça fait un bail que je l'avais aps fait et il est toujours voir encore plus agréable ! Dans son mélange de pop 60's et de néo psychédélisme 00's à la animal collective, il a su trouver un équilibre parfait. D'autant que l'épreuve du deuxième album s'annoncait périeuse pour ce groupe qui a semblé embarassé de temps de succès, comme incompris.
    Le morceau Brian Eno est vraiment très bon en effet et j'ai entendu dire qu'ils auraient essayé de le faire produire par leur idole, mais ayant pris le projet pour une blague à son insu, il aurait refusé...
    Je ne pense pas dire de bétises en affirmant que c'est un des albums préféré d'Alexandre. En tous cas "à l'époque" ça l'était.

    RépondreSupprimer
  4. Morceau parfait (cette énergie, ces paroles mon dieu... Et quel thème !). D'un album quasi parfait (effectivement certaines parties de Siberian Breaks sont bonnes mais un peu en dessous). Franchement à l'époque ça a été une grosse claque. Enfin à l'époque, c'est pas si vieux ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas si vieux, mais ils m'ont déçu entre temps avec leur 3ème album. Qu'en as-tu pensé de cet éponyme ?

      Supprimer
    2. Alors il m'a déçu sur le coup, je me suis accroché pour Alien Days et Plenty Of Girls In The Sea (très Congratulations toutes deux), et finalement (en plus je l'ai réécouté récemment) le début d'album est mortel, vraiment très bon, même si pas facile d'accès aux premières écoutes, il y a une petite baisse mais rien de grave au milieu du disque, puis une fin très bonne également. Ils auraient coupé un peu dans les morceaux les plus longs et les moins écrits, on aurait eu un album vraiment excellent. Là on en a un bon voire très bon avec juste un peu trop d'auto-complaisance. Ils en ressortent un cette année (2016) normalement.

      Supprimer
    3. Et toi alors ? Déçu déçu ou tu avais aimé des trucs dans cet album ?

      Supprimer
    4. Déçu déçu, mais ton commentaire me donne envie d'y revenir, vraiment !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire