Trotski Nautique - Le Temps Béni Des Colonies De Vacances (2014)

Paru sur Tolstoi Story, l'un de mes recueils préférés de Trotski NautiqueLe Temps Béni Des Colonies De Vacances est avant tout l'un des innombrables morceaux d'un "duo à géométrie variable" composé de Aude Lamy à la flûte et aux claviers, et de David Snug à la gratte.

C'est en lisant la dernière BD de ce dernier, intitulée Je N'Ai Pas De Projet Professionnel, que m'est venue l'envie de parler de ses compos. J'avais déjà pu en chroniquer certaines sur IRM mais sa BD est tellement riche qu'elle me donne envie d'en parler sur ce blog habituellement exclusivement dévolu à la cause musicale.

Ce n'est pas un grand hors-sujet puisque, en plus du prétexte que constitue le fait d'évoquer l'un des titres qu'il avait pondus il y a trois ans, cette BD s'intéresse quasi-exclusivement à la cause musicale, l'absence de projet professionnel découlant de la passion pour la musique (mais pas pour les fans de Lego - vous comprendrez pourquoi en lisant la chose - que sont les amateurs de metal, de noise ou de post-rock). Bon tant pis, je spoile, les fans de Lego aiment construire, ils s'intéressent donc surtout aux éléments techniques (pédales d'effets, maîtrise de solos tarabiscotés) quand les fans de PlayMobil se concentrent surtout sur les histoires. Sur le contenu, en somme. Mince, j'ai toujours préféré les Lego. C'est peut-être pour ça que j'aime le post-rock d'ailleurs (même si je ne considère pas que ce mouvement exclue une forme de narration). Bref.

Après des pérégrinations d'un premier groupe musical composé avec d'autres résidents de Bayeux n'aimant ni Ride, ni My Bloody Valentine (ciel) et d'autres à l'Ubu, David Snug va se rendre compte qu'il a rejoint sans s'en rendre compte la secte du DIY (le prix libre à 5€ pour les places de concert/le prix libre à 15€ pour les t-shirts, non ça ne vous dit rien ?).

Secte qu'il quitte donc il y a deux ans, peu après avoir monté Trotski Nautique (où l'on croise Geoff aka Jessica93 sur la boite à rythmes). Je me souviens qu'il y a trois ans, lorsque je rédigeais ladite chronique sur IRM, David Snug s'était marré (à mes dépens, ou du moins aux dépens de mon propos) concernant la facilité de la comparaison avec Jean-Luc Le Ténia. J'ignorais à l'époque qu'il se revendiquait de l'héritage (pas si évident que ça sur le plan musical, mais tellement marquant dans la démarche pour ces hymnes sarcastiques à prendre au troisième degré pondus en 1 heure et qui n'excèdent pas les deux minutes).

Maintenant qu'il a quitté la secte du DIY, je ne sais pas s'il appréciera que je dise du bien de lui... Je conseille en tout cas chaudement cette BD à tous les amateurs de musique, y compris ceux qui ne se retrouvent pas sur le plan musical dans les créations de David Snug.


Commentaires

  1. excellente Bd je confirme ! J'en avais parlé sur Benzine il y a quelques semaines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'avais pas vu ton article. Je file le découvrir !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire