Massive Attack - False Flags (2006)

Décidément, c'est un retour vers les classiques que ce blog opère ces derniers temps. Après Radiohead, c'est Massive Attack qui est à l'honneur, soient sans doute ce qui se fait de mieux dans mon panthéon personnel. Disons du moins que ces deux groupes font indiscutablement partie des 6-7 essentiels dont j'emmènerais, au besoin, la discographie sur une île déserte.

Cette petite précision étant effectuée, il convient de préciser pourquoi cette subite envie d'écouter Massive Attack m'a pris. Non pas qu'il y ait besoin de justifier une telle initiative, mais les Bristoliens ont annoncé ces derniers jours qu'ils seraient en tournée, début 2016, avec notamment une date française (parisienne, forcément). En prime ? Un album serait en préparation. Une très bonne nouvelle, donc, sachant que les Anglais ne nous ont jamais déçus (ou alors, un tout petit peu avec Heligo Land, en 2010, mais c'est bien parce que les attentes étaient énormes, et qu'il faut nuancer).

La société actuelle ne nous laisse que trop peu de temps, c'est un véritable regret, et l'objet d'une lutte permanente (bon, cette phrase qui peut sembler tomber comme un cheveu sur la soupe me permet de dire que je lis en ce moment 99 Francs de Frédéric Beigbeder qui, à mon grand étonnement, me parle beaucoup, tandis que je suis en plein dans la série Mr Robot, donc les thématiques autour de la perte de sens dans la société me parlent beaucoup en ce moment). Et donc, plutôt qu'un disque de Massive Attack, j'ai opté pour un EP, à écouter rapidement, en l'occurrence Live With Me, sorti en 2006.

Sur celui-ci figure, en troisième et dernière place, après deux versions du titre éponyme, le morceau False Flags, qui fait écho aux émeutes des banlieues françaises de 2005. Clairement, ce titre s'inscrit dans la continuité de 100th Window (2003), et cela tombe plutôt bien puisqu'il s'agit de mon opus préféré, celui qui porte de manière presque exclusive le sceau de 3D.

La mélodie est basée sur des boucles de piano hantées, tandis que 3D déclame plus qu'il ne chante ou ne rappe des paroles (un discours ? un réquisitoire ? comment le qualifier ?) sur un ton presque univoque. La grâce a tôt fait d'accompagner cette ambiance qui s'autorise néanmoins quelques respirations (de 2:50 à 3:15, lorsque la voix se met en retrait - définitivement, ce que l'on ignore encore - et que quelques murmures nous font hésiter entre apaisement ou recrudescence du caractère hanté) et un decrescendo qui précède un passage final de 5 secondes bordéliques, durant lesquelles on peut entendre un sample (non crédité) du The Bends de Radiohead, avec notamment le "Where Do We Go From Here ?" chanté par Thom Yorke.

Bien des groupes rêveraient de produire un jour quelque chose de ce calibre-là. Massive Attack s'est permis d'en faire une face B seulement connue par ses fans...

Commentaires

  1. Belle découverte pour moi.
    Un morceau audacieux, peut-être pas autant que d'ouvrir un bouquin de Beigbeder... c'est peut-être con mais j'ai du mal avec ce type.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais le même à priori que toi sur Beigbeder, et j'avais vu le film 99 Francs, qui était une purge incroyable. Pourtant, le bouquin-là se lit tout seul, est agréable et donne matière à réflexion dans une veine assez proche du Fight Club de Palahniuk.
      Pour le morceau de Massive Attack, je n'ai découvert cet EP qu'il y a un ou deux ans, il semble assez confidentiel.

      Supprimer
    2. C'est curieux, j'ai moi aussi écouté 100th Window il y a 10 jours. C'est celui que je réecoute le plus pour la bonne raison que j'ai toujours l'impression de ne pas le connaitre et que je n'arrive ni à l'aimer ni à le détester.
      C'est vraiment un groupe marquant. C'est celui avec Blue Line qui m'a ouvert les yeux sur l'electro/techno/dance. Sans m'avoir complètement convertie sur ces musiques, j'ai su à son écoute que j'avais soudain des goûts de vieux et que j'étais pleine de préjugés. Je crois que c'est le seul groupe à m'avoir à ce point mis contre le mur. Blue Line reste pour moi le meilleur album, sans doute parce que je l'ai le plus plus écouté et que j'ai pu développer une relation plus intime (et aussi parce qu'on sent qu'il y a un vrai groupe derrière).
      3D a l'air d'être un type passionnant, passionné et complexe. J'aime sa vision subversive des choses.
      Je ne connaissais pas ce morceau. Une vraie découverte qui donne envie de replonger dans leur disco. Par contre, je crois pas avoir écouté Heligo Land (ou alors une fois en l'ayant pris à la médiathèque en ayant l'impression d'entendre ce qui m'intéressait le moins dans 100th Window).

      Pour ma part, un peu à l'opposée de toi, j'aimerais vraiment que Massive Attack redevienne une effervesence créative collective.

      Supprimer
  2. Je ne connaissais pas non plus ce titre, pas mal du tout d'ailleurs... je n'ai pas écouté non plus leur dernier album...je me suis arrêtée à "100th Window"...pourtant c'est un groupe que j'ai adoré et q'il me plait encore d'écouter aujourd'hui...

    RépondreSupprimer
  3. Je ne peux que vous conseiller d'écouter Heligo Land. Ce n'est assurément pas le meilleur Massive Attack, puisque c'est le premier à être un brin inégal, mais il comporte suffisamment de grands moments (Paradise Circus, Girl I Love You, Saturday Come Slow, Atlas Air, Pray For Rain, Spitting the Atom) pour que l'on ne fasse pas l'impasse dessus !

    RépondreSupprimer
  4. D'accord avec toi, j'adore "Girl I Love You".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je le sais, et ça n'a jamais manqué de m'étonner d'ailleurs, ce morceau portant le sceau du fidèle Horace Andy, dont le style "reggae-friendly" ne fait pas partie de tes influences favorites.

      Supprimer
  5. comme quoi, il ne faut pas désespérer de ma capacité à dépasser de mes horizons musicaux...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire