BRNS - Mexico (2012)

Le concert d'Archive, c'était bien (je ne sais pas si j'aurais l'occasion - et le courage - d'y revenir, mais à défaut d'être formidable, c'était bien, c'est déjà ça), mais l'autre attraction du jour, c'était BRNS.

J'ai rarement été enchanté par une première partie lors d'un concert, et je ne m'attendais absolument pas à ce que cela soit le cas lors d'un concert donné dans une grosse salle telle que le Liberté. Ce fut pourtant le cas. Bon, pour être honnête, je n'étais pas tout à fait neutre, puisque je débarquais en sachant déjà qui était la première partie (je ne parviens pas toujours à glaner cette info), et je tenais déjà le groupe en haute estime, puisque j'avais déjà chroniqué leur premier album par ici.

Je ne peux donc pas parler de "découverte", mais j'ai été plutôt charmé par la prestation des Belges, alors que j'étais passé à côté de leur deuxième opus, Platine, sorti l'an dernier.

Hier, BRNS s'est permis de ne pas jouer son tube, Mexico, sur lequel je vais revenir en quelques mots (mais qu'y a-t-il de plus à dire sur ce type de morceau, qui s'impose de lui-même et se découvre plus qu'il ne se décrit ?), laissant apparaître une belle énergie et un goût certain pour une forme d'expérimentation relative (on n'ira pas jusqu'à dire qu'on a parfois pensé à Sonic Youth, mais cette tendance à étirer les morceaux afin qu'ils s'achèvent dans un brouhaha loin d'être désagréable était quand même là). Curiosité, c'est au batteur que sont confiées les parties vocales. Malgré les critiques décevantes, je tenterai probablement ma chance avec ce Platine.

En attendant, quid de ce Mexico ? C'est un titre d'indie pop, qui, sans renouveler le genre, a une véritable singularité, une débauche d'énergie qui met immédiatement l'auditeur de bonne humeur, et lui garantit de conserver cette mélodie dans la tête jusqu'à la fin de la journée. Un hymne pop ambitieux, quoi ? Oui, c'est exactement de cela que l'on parle...



Commentaires

  1. J'ai vu BNRS en 1ère partie de Fauve et Mexico est un morceau comme on les aime. Je n'ai pas (encore) écouté le 2ème album.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire