Tindersticks - Tiny Tears (1995)

On ne peut pas dire que ce blog soit particulièrement actif ces derniers temps. Il faut dire que j'ai un petit peu freiné le rythme auquel j'écoute de nouveaux disques (bon, j'ai bien dit, "freiné", j'en écoute quand même plusieurs paires par semaine, faut pas déconner non plus). Et puis, l'envie d'écrire s'estompe petit à petit.

Il faut dire qu'après 6-7 ans, l'impression d'écrire un petit peu toujours la même chose se fait sentir. Il faudrait changer l'angle d'approche (d'attaque ?), mais cela nécessiterait une réflexion approfondie. Et je crois ne pas avoir de temps pour cela, actuellement.

Pour autant, avoir créé un blog en 2013 - ce qui, chronologiquement parlant, correspondrait au fait de jouer à la Mega Drive en 2007 - et le laisser tomber aussi rapidement n'aurait guère de sens. Il faut donc bien l'alimenter de temps à autre, et pour ça, rien de tel qu'une valeur sûre.

Et un prétexte.


Celui-ci s'est imposé d'emblée puisque les Tindersticks ont annoncé aujourd'hui même la sortie de The Waiting Room, leur prochain opus, pour janvier 2016.

Un premier extrait est déjà disponible, mais avant même de l'écouter, j'ai eu envie de revenir aux fondamentaux, avec Tiny Tears, sans doute l'un des titres les plus fascinants de la bande menée par Stuart Staples. J'ai rarement entendu d'aussi sublimes arrangements de cordes, mais le groupe nous frustre en ne les utilisant qu'avec parcimonie. La frustration est décidément de rigueur sur ce titre, puisqu'il met près d'une minute à réellement démarrer. La patience, voire l'ennui, comme un mal nécessaire, un petit peu à l'instar d'une série comme Rectify, ça me parle assez en ce moment. Et puis la voix de Stuart, sur le fil comme jamais... Sur une matrice acceptant les critères "difficulté d'accès" et "somptuosité", Tiny Tears serait probablement placé très haut...

Commentaires

  1. Comme c'est toujours un plaisir de te lire (même si c'est rare!), je suis heureuse d'apprendre que tu ne vas pas arrêter ce blog (ou pas tout de suite...)...
    Quant à ce "Tiny tears", c'est une des plus belles chansons sans doute des Tindersticks pour moi...et comme je suis plutôt fan de leurs débuts, tu me donnes envie d'y replonger...:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé hé, merci pour les encouragements. S'agissant des premiers Tindersticks, je crois que je vais remettre le nez dedans prochainement et, pourquoi pas, me faire un "cycle" Tindersticks en reprenant leur disco de A à Z.

      Supprimer
  2. Cool de voir de la vie sur ce blog. Et je suis également heureux d'apprendre que tu ne l'arrêtes pas !! Tu parles de ton impression de redite (niveau écriture), de trouver un nouvel angle. Je te comprend car, moi aussi, je ressens la même chose. Je suis réaliste et je sais que je réutilise parfois "mes bons mots", "mes bonnes formules...." Un vrai travail de réinvention !!
    Ah, un post sur les Tindersticks, c'est toujours plaisant. Quel immense groupe, génial faiseur de ravissement pop. Oui, "Tiny tears" est somptueux, tout comme le disque dont il est issu....et la majorité de leur disco ! Leur nouvel album s’appellera donc "The Waiting Room". Vivement janvier prochain !!
    A + et longue vie à ce blog !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A la fois ravi et désolé de constater que l'on ressent la même chose par rapport à cette difficulté à se renouveler (ravi car c'est appréciable de voir que l'on n'est pas seul, désolé car ce n'est quand même pas quelque chose qui est de nature à donner une grande motivation dans l'alimentation d'un blog).
      Vivement janvier prochain en effet, as-tu écouté le premier extrait de ce nouvel opus ?

      Supprimer
  3. J'aime bien quand tu isoles un titre, c'est ta marque de fabrique et c'est ce qui m'attire ta chronique, ton ressenti et enfin la possible écoute sans y consacrer trop de temps, car le blogueur doit imaginer le lecteur comme pouvant appréhender, aimer peu d'albums par semaine et quelques chansons isolées qui se défendent bien.
    Les TINDERSTICKS je les découvre avec CURTAINS et je n'en suis toujours pas revenu. le vieux briscard que je suis obligé de se dire qu'il y a encore du bon dans ces années récentes là (enfin quand je dis récentes...) ça encourage à rester curieux au présent

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois que tu as bien saisi l'idée qui m'a poussé à défendre, de manière paradoxale, des titres plutôt que des albums, sur ce blog : alors même que je n'écoute plus (ou presque) de morceaux isolés du disque sur lequel ils apparaissent, j'ai bien conscience que le lecteur ne peut accorder de l'attention à tous les blogs/forums/sites/webzines qu'il consulte. L'idée d'isoler un titre, moins chronophage, peut donc servir d' "appât".
      En effet, ça oblige à reste curieux, et ce qui est le plus formidable avec les Tindersticks, c'est que je trouve leur troisième trilogie (leurs trois derniers opus, incluant The Hungry Saw, Falling Down A Mountain et The Something Rain) aussi bonne que leur première (les deux éponymes + Curtains). Seule la seconde trilogie est un peu en-deça. Rares sont les groupes capables de pondre leurs meilleurs albums au début et à la fin (ou du moins, après une quinzaine d'année) de leur carrière. La preuve d'une constance...

      Supprimer
  4. En matière de titre lent à démarrer, je pense que "sleepy song" bat tous les records...
    Même alimenté de manière plus épisodique, ce blog ne doit pas mourir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que dans le genre "démarrage lent avec une progression qui conduit jusqu'à l'explosion", Sleepy Song se pose là.
      Ce blog ne mourra pas. Pas dans l'immédiat en tout cas, mais la cadence sera ralentie. Pas trop j'espère.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire