Série 1998 : Amon Tobin - Like Regular Chickens

Il convient de ne pas perdre le rythme avec la série des titres et albums fêtant cette année leurs vingt ans. Et l'occasion m'en est donnée aujourd'hui avec le Permutation d'Amon Tobin dont l'anniversaire de la sortie était célébré hier.

Entre 1997 et 2007, Amon Tobin a tout simplement été l'un des musiciens les plus ambitieux et les plus en verve. Avec des disques tels que Bricolage (sans doute mon préféré, paru un an avant Permutation), Out From Out Where ou Foley Room,  il ne s'est pas contenté de répéter une recette qui ne pouvait de toute manière pas être déclinée à l'infinie tant elle est complexe, mais s'est renouvelé sans cesse tout en maintenant un attrait pour les ambiances profondes, hantées et inquiétantes.

Sur Like Regular Chickens, morceau introductif de Permutation, on ne sait guère si les polyrythmies spectrales et éléments jazzys s'additionnent ou se multiplient, mais ils se complètent de la plus formidable des manières, si bien que l'alchimie obtenue offre un contenu à la croisée des chemins entre trip-hop cinématographique, IDM abstractive, breakbeat et drum and bass.

Les abstractions rythmiques d'un Aphex Twin ne sont jamais très loin, mais le Brésilien a cette capacité d'y mêler des nappes instrumentales à la fois lugubres et mélodiques, qui déroutent en permanence un auditeur à la fois pétrifié et stimulé par ces sonorités. Depuis 2007, sans jamais rien proposer de honteux, Amon Tobin est légèrement moins fascinant, mais un tel niveau de génie - qui ne saura s'apprécier qu'au prix d'écoutes studieuses - ne peut de toute manière pas s'exprimer à l'échelle d'une vie entière.


Commentaires

Enregistrer un commentaire