dimanche 13 juin 2021

Saajevo - By Myself (2021)

Désolé, ce blog ressemble de plus en plus à une page d'autopromotion, et cela pourrait continuer pour les deux ou trois prochains articles, les sorties étant nombreuses sur mes différents projets en cette période. Heureusement, ce blog devrait retrouver une activité plus normale par la suite puisque mes activités musicales seront mises entre parenthèses après une année de travail.

samedi 1 mai 2021

Les meilleurs crus de 2020 : Partie 4/4



Tant de choses ont été dites sur cette année 2020 si particulière alors que nous manquons cruellement de recul pour analyser les enjeux et conséquences des bouleversements qui en découleront. Et, musicalement, 20-20 aura été un millésime tout à fait correct. Autant s’attarder dessus. Il est encore temps de se souhaiter une bonne année et, mieux vaut tard que jamais, voici donc le top 10 de mes longs-format favoris. 

Les 10 LPs de l’année

----

10. Tangents – Timeslips

A propos : Les Australiens de Tangents aiment prendre des risques et mélanger des ambiances subtiles et gracieuses. Deux ans après New Bodies, Timeslips constitue un chef-d’oeuvre du genre, puisant volontiers dans le néoclassique, l’IDM, le post-rock ou le free jazz en conservant néanmoins quelques éléments incontournables allant de percussions envoûtantes à la profondeur des manipulations sonores. Hors du temps.

A conseiller si vous aimez : Talk TalkTortoiseCan.

L’avis express

----

10 bis. M. Takara & Carla Boregas – Linha D’Água

A propos : La collaboration entre les Brésiliens conduit à un disque envoûtant, minimaliste, lent, mais rempli de détails aussi stimulants qu’inattendus. Entre ambient, électronique, post-rock et free jazz, le duo manipule les textures avec une application qui stupéfiera l’auditeur, ce dernier pouvant, entre deux surprises, être transcendé par quelques déluges électriques fascinants.

A conseiller si vous aimez : Godspeed You ! Black Emperor.

----

9. Feldup – A Thousand Doors, Just One Key

A propos : 2020 n’aura pas été le meilleur cru concernant l’un de mes labels préférés, mais Talitres a néanmoins eu le nez creux en défendant le premier album de Feldup, jeune Français à peine majeur qui aligne onze hymnes de pop bariolée fondamentalement évidents.

A conseiller si vous aimez : The StrokesRadioheadJeff BuckleySin Fang.

La chronique

----

8. Eels – Earth To Dora

A propos : Mark Oliver Everett n’en finit plus de décliner la même formule, alternant ballades et envolées électriques. Parfois, cela tombe à côté, comme à l’occasion d’un The Cautionary Tales of Mark Oliver Everett étrangement plébiscité. Cela peut également conduire à de brillantes productions, à l’instar d’un The Deconstruction qui annonçait un retour en forme en avril 2018. Earth To Dora appartient à cette dernière catégorie, Mark Oliver Everett ayant eu la bonne idée de privilégier l’électricité à des ballades souvent ronronnantes depuis une décennie. La présence de cordes, somptueuses, nous ramène parfois à l’époque du Beautiful Freak initial (I Got HurtAnything For Boo...).

A conseiller si vous aimez : Eels, cet album ne ressemblant à rien autant qu’à un autre album de Eels.

----

7. VFO89 – A/B Tape

A propos : Le producteur français, désormais basé à Bruxelles, propose un assortiment de nappes de synthé envoûtantes, de rythmiques acid et de polyrythmies qui rappelleront aux amateurs l’univers de Richard D. James en ce sens que, comme son aîné, VFO89 parvient à rassurer l’auditeur tout en l’exposant à des déflagrations de beats abstraits. Habité et stimulant.

A conseiller si vous aimez : Aphex Twin.

La chronique

----

6. Soccer Mommy – Color Theory

A propos : Sophie Allison propose un disque d’indie rock relativement classique si ce n’est que chacun des morceaux qui le composent parvient, parfois avec une construction à tiroirs, à renverser la table dès les premières secondes. Immédiat et sans temps faible, Color Theory saura probablement séduire les inconditionnels de Stephen Malkmus avec une production tantôt rêche ou vaporeuse qui rappelle des souvenirs aux nostalgiques des nineties.

A conseiller si vous aimez : MournAlex G.

----

5. Mary Lattimore – Silver Ladders

A propos : La harpiste américaine ne devrait, dans un monde idéal, plus être présentée. Mais alors qu’elle aligne les disques en maintenant une qualité époustouflante tout en se renouvelant, l’empreinte de son oeuvre reste trop confidentielle et il aura fallu qu’elle collabore avec Neil Halstead, qui a produit Silver Ladders, pour obtenir un écho plus important. Ici, les réverbérations de la harpe et les arrangements divers confèrent à cet alliage d’ambient, de néoclassique et de shoegaze des caractères planants et jubilatoires.

A conseiller si vous aimez : Laura PerrudinSlowdive et l’ambient minérale de manière générale.

----

4. STRFKR – Future Past Life

A propos : Josh Hodges est revenu vivre à Portland et bien lui en a pris. Avant de partager un disque ambient en fin d’année, il avait dévoilé Future Past Life, assemblage de pépites psychédéliques bienvenues après un disque flegmatique. Entre rock pour les parties de batterie et pop s’agissant de l’utilisation de synthétiseurs parfois immédiats, STRFKR refuse de choisir et pare l’ensemble d’un voile de réverbération, conférant une certaine mélancolie à ce Future Past Life qui rappellera un certain Oracular Spectacular aux initiés.

A conseiller si vous aimez : MGMTTame Impala.

La chronique

----

3. Car Seat Headrest – Making A Door Less Open

A propos : Will Toledo ressemble toujours à un nerd endimanché mais il semble plus que jamais assumer certaines entorses à la morale bien-pensante. Capté par son batteur Andrew Katz sur le projet 1 Trait Danger, l’Américain taclait Pitchfork qui le lui rendra bien en égratignant Making A Door Less Open à sa sortie. Missive survoltée, cette nouvelle réalisation permet à Car Seat Headrest de marier l’électricité (Hollywood tient en ce sens le riff de l’année) et des expérimentations plus électroniques. Avec comme fil conducteur la voix désabusée de Will Toledo et sa mélancolie ra(va)geuse.

A conseiller si vous aimez : Eels.

La chronique

----

2. Tame Impala – The Slow Rush

A propos : La presse mainstream n’a finalement pas consacré Kevin Parker avec son quatrième album, et il s’agit plutôt d’une bonne nouvelle. En effet, l’Australien sera peut-être freiné dans sa course vers la gloire mais surtout, cela témoigne du caractère insaisissable de The Slow Rush, coincé entre le marteau des hits radiophoniques et l’enclume du psychédélisme tourmenté initial. Finalement, cet album qui ne pouvait que décevoir - question de contexte - est extrêmement touchant, merveilleusement produit et fort de mélodies imparables.

A conseiller si vous aimez : MGMTThe Flaming Lips.

La chronique

----

1. The OST – s/t

A propos : Mystérieux Britannique, The OST a été particulièrement productif en 2020 avec un EP - légèrement moins abouti - et deux longs-format d’une qualité exceptionnelle. Sans la règle implicite de l’unique représentation d’un artiste dans ce classement, Per Manum aurait également pu s’inviter dans ce top 10, mais la première sortie de l’Anglo-Saxon, en février, reste un cran au-dessus. Rappelant l’univers de Boards of Canada tout en affirmant une véritable singularité, The OST joue avec les synthétiseurs et claviers pour convoquer des ambiances cotonneuses et puissantes qui invitent à la rêverie de manière profondément jubilatoire. Addictif, réellement.

A conseiller si vous aimez : Christ.Boards of Canada.

L’avis express


mercredi 3 février 2021

Les meilleurs crus de 2020 : Partie 3/4


 Tant de choses ont été dites sur cette année 2020 si particulière alors que nous manquons cruellement de recul pour analyser les enjeux et conséquences des bouleversements qui en découleront. Et, musicalement, 20-20 aura été un millésime tout à fait correct. Autant s’attarder dessus. Avant de terminer le classement de mes 10 LPs favoris, voici dix bonus qui ont également marqué mon année 2020.

jeudi 14 janvier 2021

Les meilleurs crus de 2020 : Partie 2/4


Tant de choses ont été dites sur cette année 2020 si particulière alors que nous manquons cruellement de recul pour analyser les enjeux et conséquences des bouleversements qui en découleront. Et, musicalement, 20-20 aura été un millésime tout à fait correct. Autant s’attarder dessus. Suite du classement des meilleurs LPs avec ceux qui se classent entre la 11ème et la 20ème place.

dimanche 10 janvier 2021

Les meilleurs crus de 2020 : Partie 1/4


Tant de choses ont été dites sur cette année 2020 si particulière alors que nous manquons cruellement de recul pour analyser les enjeux et conséquences des bouleversements qui en découleront. Et, musicalement, 20-20 aura été un millésime tout à fait correct. Autant s’attarder dessus. Première partie avec les 5 EPs que j’ai préférés et les albums classés entre la 21ème et la 25ème place.

dimanche 23 août 2020

Billy Nomates - No

En mai dernier, les Sleaford Mods partageaient le clip de Second et apparaissaient en tant que spectateurs dans un bar où les actrices Kate Dickie et Emma Stansfield s’emparaient des rôles habituellement réservés à Jason Williamson et Andrew Fearn à savoir hurler sa rage au micro pour l’un et appuyer sur la touche "Space" de son Mac en buvant une bière pour l’autre.

Billy Nomates n’a pas attendu de voir ce clip pour dessiner l’ossature de ses compositions - elle a débuté ce projet il y a plus d’un an - mais elle vient répondre à la curiosité générée par Second : que donnerait un alter-ego féminin de Sleaford Mods ? Et si le résultat est un poil inégal, à l’instar de morceaux plus creux et redondants tel Mudslinger, il n’en demeure pas moins intéressant.

Tor Maries, la Britannique qui se cache sous l’alias Billy Nomates, indique que la genèse de l’album se situe dans une forme d’épiphanie apparue l’été dernier autour de la possibilité de dire "non" : "Non est un mot que je n’utilisais plus depuis au moins un an. A force de ne plus l’utiliser, je n’avais pas le style de vie qui me convenait réellement. A partir du moment où j’ai commencé à dire non à certaines choses, les portes ont commencé à s’ouvrir. Cela ressemble à un discours négatif, mais pour moi, c’est une trouvaille vraiment très positive. "Non, je ne veux pas faire ça" : il y a du pouvoir dans cette affirmation. Si tu apprends à dire non, cela attire l’attention des autres. Dans un monde de "yes men", je serai une "no woman", merci !".

De cette prise de conscience résulte le premier single du disque, évidemment intitulé No. Boite à rythme martiale et basse ronde constituent, comme souvent sur ce disque, la colonne vertébrale du morceau, mais en plus du débit vocal affirmé de Tor Marries se cachent quelques fulgurances : un riff de guitare soutenant les couplets et une petite ritournelle appuyant un refrain d’une efficacité redoutable, en faisant d’ores et déjà un petit classique instantané.

Boucles composées d’une basse et d’un beat abrasifs, spoken word sur le couplet et refrain mélodique, la recette est déclinée à l’envi sur ce disque, d’un Hippy Elite en apnée au pugnace Call In Sick. La mélodie se fait même plus évidente sur un Supermarket Sweep bien huilé sur lequel apparaît même Jason Williamson sur la dernière partie. La boucle est bouclée.

Toutefois, le projet Billy Nomates ne se contente pas de pasticher ses compatriotes basés à Nottingham. Ce n’est jamais par hasard que l’on attire l’attention de Geoff Barrow, le disque étant signé sur son label, Invada Records. Les influences brassent plus larges et c’est ainsi que Fat White Man évoque les premiers PJ Harvey pour sa sensualité rugueuse, tandis que Wild Arena constitue une brillante expérience sonore, où la rythmique martiale et les nappes de synthétiseur aériennes et cotonneuses, façon deep-house, servent d’écrin à la voix engagée de Tor Marries. Âpre, compulsif t plus mélodieux que son alter-ego masculin.



lundi 6 juillet 2020

Ennio Morricone 1928-2020

Je ne connais pas suffisamment l'oeuvre d'Ennio Morricone pour m'imposer comme un fin connaisseur. En revanche, j'en connais suffisamment pour affirmer avec certitude qu'il s'agit-là d'un des plus (si ce n'est le) grands compositeur des cent dernières années.

samedi 4 juillet 2020

Blind test Valgidrà 1

Une nouvelle rubrique apparaît sur ce blog. Celle-ci demande beaucoup de temps, et je ne pourrais donc pas la tenir régulièrement. J'ai par ailleurs dérobé le concept à mon compère Seb "Konejo" Lapin. Merci pour l'inspiration. L'idée consiste à créer un morceau "original", uniquement composé de samples de morceaux connus.

samedi 27 juin 2020

Valgidrà & Konejo - Matchmade Screens EP

Comme il n'est jamais évident de parler de soi-même et de son travail, je vais me contenter, pour cet article, de recopier le "communiqué de presse".

samedi 20 juin 2020

Valgidrà & Konejo - Matchmade Screens Trailer (2020)

Puisqu'il ne faut pas compter sur les autres pour faire sa propre promo, autant utiliser les moyens qui s'offrent à moi. Après un premier EP - dont je n'étais pas très fier - il y a quelques mois sous l'alias Valgidrà, j'en publie un autre le 25 juin en collaboration avec mon compère de longue date, Konejo.

samedi 13 juin 2020

Sleaford Mods - Second (2020)

Le morceau est chouette, et le clip l'est tout autant, voire plus. Les Sleaford Mods ne se renouvellent pas forcément beaucoup avec ce Second, mais ce n'est pas ce qu'on leur demande lorsqu'ils partagent un recueil de B-sides et autres raretés, comme c'est le cas du All That Glue paru le 15 mai dernier.

samedi 23 mai 2020

Car Seat Headrest - Hollywood (2020)

Avec le temps, je deviens fainéant. Et comme j'ai déjà pris le temps et investit pas mal de passion pour parler de ce qui sera sans doute mon disque rock de l'année - un comble pour un album mettant quelque peu les guitares de côté - je vais prendre soin de faire un "copier-coller" vers cette chronique, que vous trouverez donc par ici. Cela faisait longtemps que je n'avais pas écrit une si longue chronique. Personne ne la lira jusqu'au bout, mais qu'importe, c'est que le disque m'a inspiré.

samedi 16 mai 2020

TV Party - West Coast (2020)

Basé à Annecy, le quatuor n’en est pas moins mené par Joshua Spacek, Portlandais expatrié dans l’Hexagone, qui assure aussi bien les parties vocales que celles de guitare. Rien de bien original dans la formule ? En effet. Dark Heart n’a sans doute pas pour ambition de réinventer l’eau chaude, et ce n’est de toute manière pas ce que l’on attend d’un EP évoluant dans ces sphères.