Blockhead - The Chuckles (2017)

Blockhead est un revenant. Après quelques albums plus dispensables, le voici revenu cette année avec un Funeral Balloon brillant sur lequel son abstract hip-hop se classe aisément au-dessus de la mêlée.

Et ce recueil entraînant est dominé par un impeccable single intitulé The Chuckles. Celui-ci débute par un sample vocal féminin laissant place à une guitare acoustique qui joue une boucle sur laquelle s'incruste un sample vocal, cette fois masculin et enragé. Les beats sombres et incisifs peuvent ensuite apparaître, ces incursions vocales enflammées réapparaissant ici et là. Et cela continue ainsi pendant plus d'une minute sans que l'ennui ne s'installe.

La guitare réapparaît alors discrètement, en arrière-plan, pour apporter de la nuance à cet ensemble que des roulements de percussions à la Aphex Twin interrompent au bout de deux minutes, comme une transition vers un ailleurs.

Le morceau suit toujours la même trame, mais les cuivres d'abord puis les cordes synthétiques ajoutent une dimension mélancolique évidente. A 2'50, un pont dégageant une fausse sérénité apparaît, et ce sont toujours ces voix tourmentées et déformées qui opèrent en alternance avec la guitare sur ces beats imperturbables.

La renaissance intervient à 3'40. Les percussions reprennent leurs droits en bonne et due forme et les nappes synthétiques qui les accompagnent emmènent le morceau vers un final hésitant entre explosion complexe et retenue bienvenue.

Nous n'y croyions plus vraiment, mais Blockhead ravive l'abstract hip-hop d'antan, celui qui était à son apogée au début du millénaire lorsque RJD2 ou plus tard Pretty Lights parvenaient encore, sans forcer le trait, à concilier abstractions ambitieuses et mélancolie accessible autour de boîtes à rythmes stimulantes. 




Commentaires