The Sound - Winning (1981)

Chef-d'oeuvre méconnu ou chef-d'oeuvre oublié ? Je n'arbitrerai pas, puisqu'il n'est pas imposible que je sois le seul (ou l'un des rares) à être passé à côté.

Il faut dire que l'on parle là d'une formation qui s'est séparée l'année de ma naissance, en 1988. Pas facile d'avoir les oreilles pointes lorsque l'on parle de disques aussi anciens. Et encore, c'est sans compter sur le fait que, la bible RateYourMusic me l'indiquant, les albums les plus intéressants du groupe sont sortis au début de leur carrière.

Jeopardy, apparemment leur chef-d'oeuvre initial, sorti en 1980 et From The Lions Mouth, paru un an plus tard, et par lequel j'ai débuté l'appropriation de cette oeuvre, faute de trouver le premier dans mes crèmeries habituelles.

Les Britanniques de The Sound ont ensuite enchaîné avec trois albums, apparemment plus dispensables, avant de plier les gaules. Et sur ce From The Lions Mouth, c'est un univers à mi-chemin entre coldwave et post-punk que l'on découvre. Un mélange entre The Cure et Joy Division, en somme, avec peut-être une influence majoritaire des premiers nommés, ce qui n'est pas pour me déplaire.

Winning, premier titre de ce second opus, en est un fidèle exemple. Boucles synthétiques froides, voix nonchalante mélangeant habilement retenue et verve, et quelques riffs tranchants. Dire que tout est du même acabit sur ce disque devrait, je l'espère, encourager certains à se pencher sérieusement dessus.

Mais tout ça ne résout pas mon questionnement initial : suis-je le seul à être passé à côté de The Sound, ou ce groupe a-t-il été largement ignoré voire oublié ? Ses deux premiers disques ont été largement (et généreusement) notés sur RateYourMusic. Pourtant, depuis quelques temps que je fréquente la blogosphère, je crois n'en avoir entendu parler qu'à une poignée de reprises... Pourquoi ? Mystère. Ils me semblent constituer une référence presque aussi convaincante que celle des Cure pour bon nombre d'artistes actuels, à commencer par Jessica93 ou DIIV.

Commentaires

  1. Ben je ne connais pas non plus. ..😑

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et que penses-tu de cet extrait ? Je suis curieux d'avoir ton avis !

      Supprimer
    2. Je voulais revenir pour te dire qu'evidemment j'ai bien aimé, le côté Cure sûrement, merci pour la découverte donc, j'irai voir ça de plus près. ..

      Supprimer
    3. Cool. Ca mérite une découverte plus large, en effet =) (pour ma part aussi, toujours pas écouté Jeopardy d'ailleurs).

      Supprimer
  2. moi non plus,
    JEOPARDY évoque immédiatement chez moi le jeu télévisé présenté dans les années 80 par Philippe RISOLI, l'inoubliable interprète de "Cuitas las bananas" mais musicalement parlant force m'est d'avouer qu'on s'éloigne quelque peu de nos centres d'intérêt...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, la chronique de Cuitas Las Bananas n'est pas prévue pour tout de suite sur Last Stop This Blog.
      T'en as pensé quoi du morceau de The Sound ? Il m'est avis que ça pourrait te plaire !

      Supprimer
  3. Hey, voilà un groupe qui n'est pas resté tellement dans les mémoires. Pourtant il y avait de la qualité, mais peut-être un peu trop ancré dans cette époque.
    Une correction par rapport à leur discographie. Après Jeopardy et From The Lion's Mouth il ne faut pas oublier l'album All Fall Down qui est très bon. Peut-être le plus cold qui collait bien avec son temps. Après ce troisième album j'ai lâché l'affaire, je ne connais pas les suivants.

    J4ai également un bon souvenir d'un concert de cette époque. Je ne sais plus si c'était au Palais d'Hiver ou au West Side Club, peu importe, mais voilà, je suis content de les avoir vus sur scène.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. BTW, j'ai les 3 premiers albums en emmepétrois si ça te dit.

      Je relis ton texte, passage sur les références Cure / Joy Div. Il y a de ça effectivement. Ca n'a pas la noirceur de Joy Div, tout en étant d'une grande froideur et le son est plus clean, plus brut que celui de Cure à la même époque qui multipliait les effets.

      Adrian Borland a fait après une honnête petite carrière solo après le split de The Sound. Et nous a quitté en 99.

      Supprimer
    2. Pour ce troisième album, je note, je n'hésiterai pas à l'écouter si je parviens à le trouver (mais avant cela, je me suis noté Jeopardy à découvrir en priorité).
      En effet, sur scène, ça devait être un groupe sympa à observer.
      Je te rejoins aussi sur le côté plus brut que Cure, et moins noir que Joy Division, d'où l'entre-deux, forcément incomplet et inexact lorsque l'on cite de telles références que ces deux groupes.
      Merci pour tes commentaires en tout cas !

      Supprimer
    3. Les 3 premiers (et d'autres) sont dispo chez Spotify.

      Supprimer
    4. J'avais pas vu que tu précisais les avoir en aimepétrois. Ca m'intéresse carrément pour Jeopardy et le 3ème, allergique que je suis à Spotify !

      Supprimer
    5. Ok je te prépare des liens zippy. Disons courant de semaine prochaine, avant j'en serai incapable. Je les collerai ici ou je ferai un post chez moi si j'ai le courage mais ça...

      Supprimer
    6. Merci d'avance ! J'ai trouvé All Fall Down à la bibliothèque, donc ce serait surtout Jeopardy qui m'intéresserait, pour ma part =)

      Supprimer
  4. Ah ouais c'est très bon, un peu Cure mais pas que... Perso je connaissais pas. Juste de nom et encore je confonds avec The Music que je connais pas non plus...
    Mais c'est bon ! Les Killers ont dû écouter ça aussi, en plus mainstream que ceux que tu as cité ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, moins fan de The Killers pour le coup. Peut-être le côté mainstream, je trouve qu'ils utilisent quelques ficelles trop convenues.

      Supprimer
    2. De même, je suis pas fan non plus, disons plus depuis le lycée, c'est pas le pire des groupes mais c'est loin d'être le meilleur. Mais pour les avoir écoutés un mome't, c'est fort possible qu'ils aient écouté The Sound. Ce qui voudrait dire qu' ironiquement ils auraient connu le mainstream via des suiveurs un peu putassiers (ce qui arrive souvent ceci dit)

      Supprimer
    3. J'ai pas compris la dernière phrase de ton message : les suiveur un peu putassiers, ce serait qui ?

      Supprimer
    4. Killers et toute la vague néo-eighties qui a suivi (Infadels, etc...), parfois sympathiques mais usant un peu trop de grosses ficelles comme tu l'as dit.
      C'est ironique que la formule gagnante de The Sound entre autres soit passée à la trappe à l'époque, oubliée avec le temps, puis récupérée par des groupes moins scrupuleux qui en ont fait des succès dans les années 2000.

      Supprimer
  5. Putain, c'est marrant la coïncidence car j'ai découvert ce groupe et ce disque "From The Lions Mouth" il y a quelques mois, au hasard d'un article sur le net je crois (site Inside Rock). Et depuis, je l'écoute souvent.
    Pour le grand fan de Cold Wave/post-punk que je suis, ça été une immédiate évidence....bien que découvert seulement en 2016 !
    The Sound, groupe injustement méconnu, à l'image d'autres combos Cold Wave (ou Post-punk) des 80's comme The Wake, The Names, Modern English ou Five or Six.
    A +

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avis tout à fait personnel of course, mais pour avoir vécu ces années-là, The Names ou Modern English ne faisaient pas le poids en comparaison de Joy Div, The Cure des 4 premiers albums ou The Sound. J'en oublie forcément quelques uns en route. Dans son style particulier Mecano était formidable, ça reste pour moi une valeur sûre. Les premiers albums de Tuxedomoon, de Minimal Compact, l'excellent virage post-punk de Wire...En France, Clair Obscur, Complot Brunswick.

      Ce que j'ai aimé la musique de cette époque ! :-)

      Supprimer
    2. Je n'ai pas cité Bauhaus, tellement évident. Ils dépassaient tout le monde de plusieurs têtes. Et Tones On Tail par la suite.

      Supprimer
    3. Oui, tu as raison, Bauhaus de Peter Murphy, quel groupe, celui qui a plongé la Cold Wave dans des eaux gothiques, voir macabre. Tuxedomoon et leur Ambient-électro/Synth dark "Half Mute / Scream With A View".
      Mais je pense très sincèrement que "Mesh & Lace" (1981) de Modern English est un immense album, dans la lignée de ceux que tu as cités. De même que le "Swimming" (1982) de The Names, produit par Martin Hannett pour le label Factory Records. 2 disques a réévaluer de toute urgence.

      Supprimer
    4. Tiens c'est une bonne idée, je vais les réécouter pour réévaluer mon jugement avec le recul. Je ne me souvenais pas que Hannett avait produit The Names. Bon, en même temps chez Factory forcément...

      Supprimer
    5. Arrêtez-vous là, je ne sais plus où donner de la tête =)
      Je me rends compte que je connais mal Bauhaus. Par quel album vous me conseillez de commencer ?

      Supprimer
    6. Je serais tenté de dire qu'il faut découvrir dans l'ordre chronologique [même si à l'époque ce n'est pas ce que j'ai fait].
      Ca commence par un single importantissime : en 79 ils sortaient Bela Lugosi's Dead, 7 minutes de noirceur totale au sortir du mouvement punk c'était vraiment gonflé.
      Après tu peux prendre les albums dans l'ordre pour suivre l'évolution. Des dissonances et de la puissance de In The Flat Field à la maîtrise de Burning From The Inside où on sent le split venir.

      J'ai pas vraiment de disque préféré, y a pas grand chose à jeter dans leur discographie.

      Supprimer
    7. Je vais suivre ton conseil, et débuter par In That Flat Field avant de poursuivre, si j'y trouve mon compte !

      Supprimer
    8. Ah je t'envie, j'aimerais bien découvrir In the flat field :-).

      On a reproché au groupe une mauvaise production sur ce disque, en comparaison de la prod du EP "Bela Lugosis's dead" qui avait précédé. Moi ça ne m'a jamais choqué, je trouve que le disque se tient bien comme ça. Tu me diras ce que tu en penses.

      Supprimer
    9. Beaucoup aimé. Un tout petit poil moins que From The Lion Mouth, mais ça se joue à peu de choses.
      Il faut encore que je revienne à Jeopardy, mais ces 2 et 3èmes disques de The Sound sont de très haute volée. J'y reviendrai, c'est certain.

      Supprimer
  6. Vraiment bien ce morceau. Effectivement la comparaison avec THE CURE est évidente, d'autant que le chanteur a une façon de chanter assez proche de celle du vieux Robert. En fait, ça flirte avec le THE CURE que je préfère, c'est-à-dire à mon sens, quand Robert s'abstient de ce côté molasson qu'il a pu avoir parfois en live notamment lorsqu'ils nous ont infligé ce putain de synthé qui polluait leurs sets (avis tout personnel).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais quand même bien aimé leur prestation aux Charrues en 2012. Pas souvenir d'un synthé très présent à cette période, ils s'étaient peut-être abstenus d'ailleurs, de ce côté-là.

      Supprimer
  7. Oui les Charrues 2012 c'était bien, mieuxque les Charrues 2002 en tout cas mais pas aussi bon que La Route du Rock 2015 où ils avaient carrément viré le clavier. A l'arrivée, un super set rondement mené du début à la fin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Route du Rock 2005, plutôt ! Mais oui, la Rdr 2005 était aussi un excellent cru concernant la prestation des Cure.

      Supprimer
    2. oui 2005 bien sûr, tu auras corrigé toi même.

      Supprimer
  8. En parlant Cold Wave/The Cure : Grosse tournée mondiale du groupe démarrée (pour leur 40 années de carrière dont 38 discographiques) avec 3 dates en France dont Lyon où j'ai faillis prendre un ticket. Plus de 3 heures annoncées où le groupe devrait parcourir toute sa longue et prestigieuse disco. Et la durée ne parait pas surréaliste car ils seraient coutumier du fait. Toi qui les as-vu El Norton, tu confirmes ???
    A +

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas s'ils sont coutumiers du fait pour des concerts de 3 heures, mais les deux fois durant lesquelles je les ai vus, c'était en festival, et ils ont joué 2 heures à chaque fois.
      Ce serait pas étonnant qu'ils jouent plus longtemps encore hors cadre festival, en effet.
      Même si à l'âge du vieux Robert, 3 h de show, c'est pas rien.

      Supprimer
  9. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire