Swell - Sunshine Everyday (1997)

Retour aux bases.


Il n'est pas rare que je me sente débordé par le monticule de disques en attente à écouter. Il n'est pas rare non plus, et particulièrement en ce mois de janvier rempli de sorties alléchantes (The Besnard Lakes, Tricky, Tindersticks, David Bowie, DIIV, Aidan Knight, Shearwater, Jacob Faurholt, Suede, Bonnie 'Prince' Billy), que je n'offre qu'une écoute à des albums dont la qualité me semble pourtant évidente. Aurais-je le temps d'y revenir par la suite ? Pas vers tous, assurément. Tel est le lot du passionné de musique : il faut faire des choix.

Des choix sur l'actualité qui font qu'on a parfois du mal à regarder dans le rétro. Alors parfois, lorsque l'on tombe sur un article comme celui-ci, il se passe quelque chose d'évident et d'instantané : la redécouverte d'un morceau déjà connu mais qui délivre cette fois-ci un charme insoupçonné.

C'est le fameux Mermaid Syndrom, décrit par Barney Stinson dans How I Met Your Mother.

Ce morceau, c'est Sunshine Everyday. Sur celui-ci, Dave Freel indique qu'il pense avoir trouvé une suite d'accords parfaits. Je ne suis pas loin de partager son avis. Avec une introduction hypnotique et progressive et une voix torturée qui semble se répondre à elle-même, ce titre est en tout cas un formidable vecteur d'émotion, et il constitue l'un des sommets de ce Too Many Days Without Thinking.


Commentaires

  1. Bel article en effet pour un groupe méconnu qui, pourtant, méritait d'être reconnu. Toujours bon de revenir sur ces groupes-là, sur ces titres-là. Merci!

    RépondreSupprimer
  2. SWELL, le meilleur groupe du monde selon Bernard Lenoir, toujours très agréable piqûre de rappel. Ils ont dû se séparer après le "South of the rain ans snow" (2007) ce qui n'est pas si lointain mais pour moi le "Too many days without thinking" est au coeur de leur meilleure période entre "41" (1994) et " For All the beautiful People" (1998).

    RépondreSupprimer
  3. Ils ont quand même sorti The Lost Album en 2008, compilation de morceaux qui auraient dû figurer sur un album entre 41 et Too Many Days Without Thinking s'ils n'avaient pas eu de problème avec leur maison de disques.
    J'ai réécouté South Of The Rain And Snow avant hier, et j'ai été assez déçu.
    Je préfère largement les disques sortis depuis par Freel dans le cadre de son projet Be My Weapon, particulièrement le très bon Greasy!!! (2014).

    RépondreSupprimer
  4. Oui "Feed"(2000) et "Whenever You're Ready" (2003) amorçaient déjà le déclin. A signaler quand même le superbe "Next to Nothing" sur "Whenever You're Ready"

    RépondreSupprimer
  5. J'aime bien les bases...:D
    Tout comme toi (ou presque), depuis le Bowie je me refuse d'écouter des nouveautés (je n'en ai pas envie en fait, je me sens débordée..), mais ça permet de revenir vers des choses aimées...
    Celui-là je l'ai trouvé à ma dernière bourse aux disques, je connaissais un peu, et j'ai beaucoup aimé, c'est mon 1er Swell!! :)

    RépondreSupprimer
  6. Je ne connais que "Feed". Mais je n'en suis toujours pas revenu.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire