Les Marquises - Les Maîtres Fous (2014) - Report Route du Rock

Avant de se rendre, demain, à la soirée de clôture de cette édition hivernale de la Route du Rock (il y aura du beau monde avec Blonde Redhead, Ghost Culture, Deerhoof et Mourn), j'ai eu l'occasion de me rendre, mercredi, à celle d'ouverture.

Au programme, My Name Is Nobody et Les Marquises. Et avant cela, un titre du dernier opus de Les Marquises, Pensée Magique, joué par les étudiants du conservatoire. Une revisite délicieuse puisque les musiciens ont réinventé ce morceau sans le connaître, en se basant uniquement sur la piste vocale. En résulte une sublime version remplie de cordes.

La performance de My Name Is Nobody fut agréable. Un duo guitare-batterie. Des morceaux essentiellement folk avec quelques virées plus noisy. Efficace, mais parfois ronronnant lorsque les morceaux purement folk s'enchaînent. Le chanteur semble en avoir conscience, évoquant des retours sur son dernier album parlant de la batterie comme "de la grande absente". Surtout, le chanteur cache mal une certaine frustration à l'égard du public, assis et silencieux, mais pourtant concerné : "cette ambiance rappelle celle d'un dimanche matin" indique-t-il. Pas faux, mais le concert n'avait-il pas lieu dans une chapelle, après tout ?

La deuxième partie du show reprend des morceaux de son album précédent. Plus enlevés et plus efficaces, aussi, ils permettent de donner un second souffle à un concert qui commençait à me perdre malgré sa douceur incontestable.

Vinrent ensuite les quatre musiciens de Les Marquises, emmenés par Jean-Sébastien Nouveau. Ils entament pied au plancher avec Les Maîtres Fous, titre d'ouverture de Pensée Magique, qui figurait en bonne place dans mon top 2014. Le public est désormais levé pour cette prestation, et tant mieux puisque l'on est vite ensorcelés par la prestation fournie. Quelques moments, heureusement rares, tirent sur la cacophonie contrôlée. Mais l'essentiel est ailleurs. On ne s'ennuie jamais, ça ne ronronne à aucun moment.

Les compositions de Les Marquises ne sont pas à mettre entre toutes les oreilles, c'est certain. Pour autant, cette exigence évidente et l'inconfort qui peut parfois être généré chez l'auditeur est largement compensé par un sens mélodique imparable. Si l'on peut regretter l'utilisation massive de samples, y compris au niveau rythmique - ce qui n'empêche pas la batterie d'assurer un rythme enlevé par-dessus, donnant un tempo hyper rapide mêlant sonorités tribales et occidentales - les musiciens font plus que le job, et la présence de vents permet bien souvent de redonner du souffle (forcément...) à cet ensemble qui ne tourne jamais en rond.

Huit ou neuf morceaux (heureusement étirés), seulement, ça passe vite. Mais Les Marquises nous ont offert une heure dans une autre contrée...


Commentaires